samedi 16 juillet 2016

Galets tristes

Je vais bien.

C'est tout l'intérêt d'être névrosée, j'ai peur de la foule donc ce feu d'artifice je n'avais aucune chance d'y être (la Prom' c'est à 6h du matin, avec des baskets et mes écouteurs...et vu que je manque de sommeil et de rééducation perinéale, je suis dans une période no-prom).

Les filles et l'Homme vont bien.

C'est tout l'intérêt d'avoir des enfants ingérables, à 20h, elles étaient punies de feu d'artifice en représailles d'une bagarre qui s'est mal terminée. 

Ma famille et mes amis vont bien.

La plupart d'entr'eux y étaient, mais tous ont pu rentrer chez eux, même de justesse, même dans la foule, même la peur au ventre . Bien sûr, les enfants et parents sont extrêmement choqués de la violence de ce qu'ils ont vue et entendue, mais ils sont saufs.

Fidèle à ma réputation de bout-en-train, je m'étais couchée vers 22H, en même temps que My Third, renommée Lady Duracel. Les filles avaient regardé le feu d'artifice du balcon en râlant; "on voit rien c'est nul, sans la mer en dessous ça sert à rien, de toutes manières c'est trop bas". Bref, la routine quoi.

C'est l'Homme qui m'a réveillée à 00h10 "Galinette, ton portable sonne en boucle, il y a eu un attentat, je préfère te réveiller, il faut peut-être rassurer les gens". Je n'avais pas connu ce sentiment d'importance depuis le Nobel de Modiano.  Il n'y a pas à tortiller, c'est bon de se sentir aimée (merci merci merci).

J'ai passé une nuit et un jour à faire le tour des gens qui comptent, sinon je n'aurais pas réactivé ce blog (qui ne devait pas réapparaître avant sa migration). J'ai même pris des nouvelles d'une copine avec laquelle je suis en froid depuis 2 ans, elle va bien, nous allons donc pouvoir continuer à nous ignorer proprement, et nourrir un ressentiment tenace sur une vieille affaire sans intérêt. La vie continue donc. 

Je vais bien, ceux qui sont précieux à mon coeur aussi, et je mesure la chance que j'ai. Honnêtement, je me sens presque illégitime de savoir qu'on s'est inquiété pour nous, du fin fond du Finistère jusqu'au Vietnam. Evidemment, bientôt, dans les jours qui viennent, nous apprendrons la disparition de gens qu'on connaissait, de loin ou par personnes interposées, le neveu d'un tel, la meilleure amie d'une autre, le collègue d'un cousin...

Si ce 14 juillet restera pour nous un drame collectif bouleversant, j'ai la chance qu'il ce ne soit pas une tragédie personnelle, ce qui n'enlève rien à l'horreur de l'événement.

Mais Nice a une réputation à tenir malgré tout. Elle ressucitera de cet événement, toujours plus belle, toujours plus claire, toujours plus futile. La ville aux 1 000 chaises et au 50 nuances de bleu est en deuil mais restera elle-même. On ne lâchera pas nos habitudes qui fondent notre notoriété . Capitale européenne de la vulgarité, elle sera encore l'endroit où les femmes ont 25 ans de dos et 70 de face, celle qui atteint des sommets de poésie quand l'OGC reçoit l'OM. On laissera le reste de la France se moquer de notre proportion de retraités ou du blond peroxydé des plus de 50 ans, parce que pour nous Nice est surtout cette cité où on se sent chez soi, même sans justifier d'un pédigrée sur 4 générations. La vie continuera donc ici, avec des balades sur la colline du Château, des gouters d'anniversaire sous les oliviers des Arènes, on prendra le temps d'une bière au coeur de la vieille ville, d'un jogging sur la Promenade, d'une virée shopping de Jean Médecin à Alphonse Karr. On ne renoncera pas à emmener les enfants jouer sur la Coulée Verte ni à marcher à l'ombre des platanes du boulevard Victor Hugo. Nizza Bella restera celle de Gary, Modiano, Matisse ou Chagall. Notre frivolité légendaire triomphera de la peur, nous resterons sur les galets, debout, convaincus d'être à notre place et dans notre droit 
(et en ce qui nous concerne, brulés par le soleil car notre peau n'oublie pas ses origines - chez nous, on ne bronze pas, on brûle puis on pèle).


Je vais bien donc, mais une partie de mon coeur est inconsolable, mes pensées vont toutes entières vers ces familles en deuil, enfants orphelins et parents terrassés, je penses à ces touristes fauchés un soir de Fête Nationale, à ces badauds malchanceux de la Promenade. Ils garderont pour toujours une place particulière dans le coeur des Niçois.  


Depuis mercredi, la Baie des Anges n'a jamais aussi bien porté son nom.

Merci du fond du coeur à ceux et celles qui se sont inquiétés pour nous.

mardi 1 mars 2016

My february : mois par moi

chez Moka
Une petite fille de la Lumière et ma dernière performance obstétrique/ La regarder et trouver le monde beau et fragile / Alamut : fascinant et terrifiant roman de 1938 / Mais comment se fait-ce qu'on en ai aussi peu parlé ? / "Lady Third c'est toi punaise" et ma mère en plein revival / Des cadeaux comme s'il en pleuvait / Des blogueurs qui m'arrachent des petites larmes / Les cuisses constellées de piqures d'anticoagulants (minute glamour on ne se refait pas, c'est cadeau les amis) / "Titus n'aimait pas Bérénice", l'incipit merveilleux d'Azoulay et la vie de Racine, le héros de mon adolescence/ "Sérieux Galinette?"/ L'Homme qui hallucine :  "tu étais déjà bizarre à l'époque en fait" / Numérobis et son violoncelle, comment a-t-elle pu grandir aussi vite ? / Un temps de chien, la honte de la côte d'Azur / La neige qui tombe APRES les vacances scolaires (l'un dans l'autre le ski cette année c'était rapé de toutes manières) / Rayures, échecs et mat : c'est parti pour le Havre / Une blogueuse chère à mon coeur qui dit adieu à son père / Existe-t-il des mots pour apaiser ce chagrin là? / Le départ du premier homme de notre vie /  A l'ombre des jeunes filles en fleurs, Gilberte puis le Grand Hôtel de Balbec qui bientôt me manqueront  / Une non-blogueuse qui va disparaitre du réseau social / Le baptême de la famille nombreuse: 2 enfants qui vomissent à tour de rôle (et jamais dans la bassine) et une qui pleure : l'équation impossible quand on n'est que 2 adultes (dont un en convalescence) / Mon esprit sera-t-il assez fort pour nous protéger, my third et moi, de cette cochonnerie ? / "si votre bébé l'attrape, vous allez tout de suite à l'hôpital, une déshydratation à 4 semaines c'est extrêmement dangereux"/ ah ouai carrément ?!/ purée moi qui pensais que c'était juste pénible en fait / Névrose, hypocondrie, désespoir / "tu fais la fortune des fabricants de compléments alimentaires Galinette" / 37 ans / "mais c'est jeune 37 ans", mouaich mais là n'est pas le problème / le premier vrai sourire de my third pour mon anniversaire  / "c'est marrant c'est violet sous tes yeux...mais tu es belle quand même maman"  / mes lunettes de vieille star / 29 février, 3h du matin: l'évidence devant moi (pendant que je lance des machines) : je vais devoir gérer mes priorités.

Alors voilà, je vais m'arrêter là, ou au moins faire une pause. Ce n'était déjà pas gagné avant, mais avec l'arrivée de My Third, je n'ai vraiment plus le temps ni la tête disponible pour ça. Ni pour alimenter mon blog, ni pour visiter celui des autres (bref la base du blogging). Vu que je ne sais pas tout faire en même temps, que je ne sais ni anticiper, ni m'organiser, je dois faire des choix. Galéa va donc se reposer un peu et laisser ses galets de côté. Priorité à la vie réelle, à mes grandes filles qui doivent chacune retrouver leur place, à mon appartement qui ressemble à un champ de ruines (surtout depuis dimanche), aux papiers administratifs qui accusent un retard tel qu'on a failli nous couper l'électricité et, pire que ça, la box (et si j'optais pour le prélèvement automatique ?). Je n'ai plus que ma main droite de disponible, mon bras gauche étant réquisitionné d'office, je dois inscrire ma grande fille au collège alors que mes années-lycée c'était hier. Bref, le temps passe vite et je dors peu.

Je maintiens néanmoins le non-challenge des pépites, sur lequel je ferai un point la semaine prochaine, ce seront les seuls billets que je vais lire et le seul que je vais rédiger dans un premier temps, parce que ce rendez-vous me tient à coeur. 

Je reviens bientôt, mais en attendant, merci du fond du coeur aux blogueurs et non-blogueurs qui se reconnaîtront, aux quelques-uns que je connais physiquement, et à tous les autres dont nos mots ont suffi pour créer un vrai lien, plus solide qu'on ne pense (bon d'ailleurs, je vous le dis Galéa est bien plus populaire que moi finalement). Merci donc de la bienveillance, de la gentillesse et des petites attentions si joyeuses dont j'ai bénéficié pendant 3 ans et demie. Ma vie sociale parallèle m'a rendue parfaitement heureuse pendant 40 mois (même nos petites disputes à droite ou à gauche avaient quelque chose de frais). Donc, bien que je fasse une petite pause, je garde dans mon coeur et dans un coin de ma tête mes précieuses amitiés 2.0.

A tout bientôt les amis. 

(en revanche je lis beaucoup, le jour où je vais reprendre du service, je ne vous raconte pas l'avalanche de billets!!)

lundi 15 février 2016

En chantant : Photo du Mois #14

Ce mois-ci, c'est Thalie qui a choisi le thème avec une petite fantaisie : il s'agit de faire deviner le titre d'une chanson à partir d'une photo.

Théoriquement, la chanson devrait se lancer à l'ouverture du billet, mais à mon avis ça ne marchera pas, donc je mettrai dans la journée le titre en question.



Allons voir comment mes camarades ont choisi leur photo en chantant:
Koalisa, Aude, Alexinparis, Voyager en photo, Autour de Cia, Rythme Indigo, Cécile, Noz & 'Lo, Testinaute, Woocares, J'habite à Waterford, Lau* des montagnes, Milla la galerie, Sous mon arbre, KK-huète En Bretannie, Gilsoub, Chiffons and Co, Thalie, Tambour Major, Mirovinben, Nanouk, Tuxana, Krn, Giselle 43, Danièle.B, Renepaulhenry, Les bonheurs d'Anne & Alex, Céline in Paris, Loulou, Champagne, DelphineF, Mamysoren, Pixeline, Julie, Mimireliton, Mon Album Photo, MauriceMonAmour, Morgane Byloos Photography, Guillaume, Laulinea, magda627, A'icha, Calamonique, Lyonelk, Chloé, Marie, El Padawan, Lavandine, Dr. CaSo, Pilisi, François le Niçois, Homeos-tasie, Cara, Chat bleu, Blogoth67, Josette, CécileP, AF News, Xoliv', Eva INside-EXpat, Cricriyom from Paris, Dom-Aufildesvues, Dame Skarlette, Estelle, Laurent Nicolas, Nicky, Luckasetmoi, Angélique, Lavandine83, Galéa, Alban, Brindille, BiGBuGS, Mireille, Cocazzz, MyLittleRoad, Carole en Australie, Sinuaisons, La Fille de l'Air, Philisine Cave, Suki, Christophe, Pat, E, Frédéric, Akaieric.

Edit de 18h55: vu comment j'ai été moyennement inspirée ce mois-ci, voici la chanson qu'il fallait trouver : Partons vite de Kaolin qui me met en joie à chaque fois et dont les paroles n'ont rien à voir avec la photo (#LooseDeFévrier #ChutedHormones)

vendredi 12 février 2016

My darling Third: le débarquement.

Il y a d'abord eu la sage-femme qui n'en revenait pas de me voir encore là, pitoyablement échouée sur le canapé de la salle d'attente, cernée jusqu'aux joues, boudinée dans un jean de grossesse qui avait  lui-aussi renoncé à aller aussi près du terme.

-" Mais quand même, on n'a pas idée de vous voir encore là à la 41ème semaine, un troisième on ne le mène pas au bout, sans compter qu'avec la grippe des filles et vu comment vous aviez l'air claqué, je pensais que vous auriez accouché ce week-end, vous habitez toujours au 3ème sans ascenseur ?"

Il y a eu le monitoring presque trop parfait, la boîte d'aiguilles d'acuponcture, la vérification du col et (attention je vends du rêve) le décollement de membranes  :
 "Dès que ça commence, par contre, ne traînez pas trop quand même hein, au troisième ça peut aller très vite". 

Et ça a commencé à 12h30 avec un Homme pas joignable avant 14h30. Il y a eu ma mère en renfort,  transformée en coach, qui m'a fait un steak et des pâtes "des sucres lents, c'est le secret de la résistance à l'effort". Il y a eu deux bombes parisiennes qui m'ont tenu compagnie sur Messenger autour de questions de fond: à quoi reconnaît-on un vrai travail ? dois-je me démaquiller avant d'entrer en salle ?  Le prénom fait-il l'Homme? Il y a eu une petite Madeleine de 4 mois qui m'encourageait depuis son transat.


Il y a eu la répartition des tâches, des clefs, des filles, des activités. Tel un chef de camp à l'agonie, j'ai donné mes instructions aux uns et aux autres (sans que personne ne me contredise). Je n'ai cédé sur rien. Psychorigide un jour, psychorigide toujours.

"Et surtout, Numérobis doit faire pipi AVANT son cours de violoncelle, même si elle dit qu'elle n'a pas envie."

Il y a eu l'arrivée de l'Homme, pas franchement stressé, qui a pris le temps de se doucher,  de vérifier son paquet de cigarettes, de prendre des rations de survie "au cas ou" (traumatisé par les 16h qu'il me fallut pour Rayures, pendant lesquelles il a failli mourir de faim), et la charge de son portable. Au passage, il m'a livré son diagnostique médical :  "à mon avis, on part trop tôt Galinette" (oui ok, mais on va y aller quand même hein).

Il y a eu la descente pénible des trois étages avec des voisins perspicaces  : "ah c'est maintenant alors? Elle contracte? " (non, non elle joue au tennis).

Il y a eu l'arrivée à la clinique, et l'Homme, complètement punk, qui se gare sur une place dépose-minute : "ta sage-femme a dit que ça irait vite non" (rire gras..vraiment pas stressé l'Homme)

Il y a eu ma gynécologue qui n'est jamais venue:
 "Rho vous n'avez vraiment pas de chance, elle a eu un décès dans sa famille, elle est à un enterrement à Paris. Si vous y allez cool, c'est jouable, elle sera de retour vers 20h00".  
Il est 17h et clairement j'ai commencé le travail :  loose toujours. 

Il y a eu l'anesthésiste :  "vous continuez à vous agiter comme une enfant dès que j'approche l'aiguille, je vous préviens vous accouchez sans péri, c'est pas possible ça, punaise!!!" . Je suis dilatée à 5 et je fais des incantations vaudous contre elle : "ah bah voilà, j'ai ripé, bravo hein, une compresse!!!" , là dessus j'entends la sage-femme : "oh oui dis donc elle saigne bien"; je m'imagine paralysée à vie et suis au bord de l'évanouissement. J'arrête les incantations, j'essaie de penser positif, ou de ne pas penser du tout, de toute manière je vais faire un malaise. 

Il y a donc eu la chute de tension au moment où l'Homme, triomphant, revenait en salle de travail avec charlotte, blouse et chausson bleu clairs:  "punaise, j'ai ta chambre individuelle, j'ai été au top, même pas eu besoin de brandir tous les arguments que j'avais révisés" . C'était sa mission du jour, il n'en peut plus de fierté. Là dessus, je lui réponds que je suis en train de mourir, que je sens mon âme quitter mon corps. "T'inquiète, à chaque fois ça te fait ça après la péri" (vraiment vraiment pas stressé du tout). "Non je vais mourir". Une Sage femme qui passait par là bougonne: "pffff au maximum vous allez vomir, faut pas exagérer non plus". On m'injecte un truc dopant, je reprends mes esprits, et me demande si mon eye-liner a tenu le choc ou pas. 

J'entends deux sage-femmes discuter "c'est son premier à la dame? " "Son troisième je crois" "Nan ? et ben dis donc!!!!" C'est officiel, je suis un super boulet. Mais bon, faut bien se mettre au travail hein!

Et à 19h16,  il y a eu My Third :  toute ronde, toute brune, toute calme.

Ensuite, il y a eu l'Homme et ses réflexions profondes, "oh punaise, c'est Rayure je te jure, la tête de Mike Tyson....par contre quand elle hurle c'est Numérobis". Il y a eu les 200 photos prises de son téléphone, les faux prétextes pour sortir "c'est ta soeur, elle veut des nouvelles, je reviens" (en fait il part fumer une cigarette, manger un kit-kat et boire un café-machine). 

Il faut nous voir tous les deux:  l'Homme, plus sel que poivre, touchant presque sa quarantaine, et moi,  la jambe bleue comme une carte routière, le brushing en berne, la frange frisée, le périnée en deuil, les yeux pochés par mon mascara pas waterproof. On sait tous les deux que c'est la dernière fois qu'on vit ça, du coup, l'Homme se fait une orgie de sociabilité, rigole avec tout le monde, tente des blagues pas toujours pertinentes et fait des selfies assez moches (une puéricultrice de l'équipe de nuit le prend en pitié et propose de prendre une photo : la seule convenable de la soirée).

Bref, Ma Third a débarqué le jour de la Chandeleur et tient toutes ses promesses (surtout que maintenant on peut le dire, même la troisième fois, on n'est jamais certaine d'être à la hauteur du rôle quand même).

Et depuis il y a :
- un bazar incroyable dans mon appartement trop petit, 2 petites filles qui me paraissent géantes, bruyantes et brutales, deux machines de linge par jour, des envies de cafés, d'alcool, de cigarettes, des arheu, des pesées régulières, des nuits qui n'en sont pas, des réserves de couches, les bastons des filles, le cordon qui tombe, la déclaration à la CAF, les textos des copines, des cadeaux, les faire-parts à envoyer, des ressemblances décrétées par des gens qui ne nous connaissaient pas enfant, nos grands principes qu'on renie déjà (genre: avec elle, on ne cédera rien sur le sommeil), une écharpe retrouvée au fond d'un placard, des heures à la regarder dormir puis se réveiller, du liniment sur les doigts.

My Third a débarqué: fin du voyage en tandem. Elle et moi aurons surmonté le décollement du placenta, une tempête familiale, le désespoir des attentats du 13 novembre, la grippe de Numérobis, les réflexions de l'échographistes, mon hypocondrie. Sans nous vanter, elle et moi avons bien travaillé, et ça me fait quelque chose qu'elle commence sa route toute seule (enfin... manière de parler car, à ce jour, je ne laisse pas grand monde l'approcher et je ne m'éloigne jamais à plus de 1 mètre d'elle). 

En vérité, le 2 février dernier, l'essentiel de ce qui s'est passé ne se raconte pas dans un billet de blog, car je n'ai pas le talent pour parler de cette intimité-là, de ce quelque chose qui tient finalement à un regard, à l'odeur du lait, à un petit front plissé. Cette évidence presque animale qui se résume à la main minuscule qui s'agrippe , à la peau contre la peau, à l'oeil qui peine à s'ouvrir. Ce qui s'est passé de plus important il y a 10 jours va rester entre My Third et moi, enfin surtout entre moi et moi au final.

Mais bien sûr je répondrai toujours présente quand il s'agira de se plaindre de la fatigue, du manque de places en crèche et de tout le travail que j'ai à la maison. Je ne lâche rien (geindre sur tout, tout le temps est mon fond de commerce, je l'ai je le garde), et je reviens très vite avec la Photo du Mois, Alamut  et Azoulay (la romancière hein ! #HumourPolitique), et j'essaierai de reprendre le chemin des blogs dans la foulée.

PS: En parlant de blog et de blogueurs, merci du fond du coeur à tous les amis virtuels qui se reconnaîtront, et qui, sans nous connaître ni l'une ni l'autre (ceci expliquant sans doute cela d'ailleurs), nous ont accompagnées pendant toutes ces semaines, chouchoutées, gâtées, rassurées ou fait rigoler. Je mesure notre chance d'être à ce point entourées.

lundi 25 janvier 2016

My Third: Comment maman est devenue féministe.

My darling, darling, Third,


Je sais que tu ne devrais plus trop tarder maintenant, sachant que je suis terrorisée, rien n'est prêt, on ne recevra ton cosy et ta nacelle que samedi, ma valise est encore dans le placard de la salle de bain. Gavée de compléments alimentaires, je tente d'échapper aux virus pour ne pas saboter mon accouchement mais je n'en mène quand même pas large, donc j'irai droit au but : il faut que tu saches comment je suis devenue féministe.


A la base, ça ne m'inspirait pas beaucoup. Adolescente, je voyais les copines de Mamie qui (les pauvres) découvraient à 40 ans, qu'elles avaient épousé des gros beaufs à qui elles avaient consacré leur jeunesse. Leur combat se limitaient à se faire payer une pension alimentaire décente et dans les temps. J'avais aussi (toujours dans les copines de Mamie- elle m'aura tout fait ta grand-mère) la version célibataire endurcie qui ne VEUT pas vivre avec un homme ("je ne serai jamais une bobonne c'est comme ça") mais qui en ramenait un de temps en temps dans son lit, "pour des questions d'hygiène" (rire graveleux de Mamie et de ses copines - tu vois quand même que je reviens de loin).

Soyons claires, ma petite Third, depuis toujours je suis du côté des hommes : de Papi déjà, que j'ai longtemps placé juste à côté de Dieu, de mes amoureux de jeunesse (pour la plupart desquels j'ai nourri des passions aussi excessives que platoniques), de ceux qui m'ont brisé le coeur, de ceux qui , à défaut de me plaire, avaient le bon goût de me renvoyer une image très valorisante de moi-même. Et puis du côté de Papa, qui bien sûr, a l'immense mérite de m'accepter avec mes lubies, névroses et idées saugrenues. Je me suis toujours mieux entendue avec les garçons qu'avec les filles et car, grâce à ma puberté ingrate, je suis longtemps restée la bonne copine avec qui on pouvait boire une bière "sans aucune ambiguité ". Les garçons, j'ai toujours pu compter dessus, certains ont fait 15 h de route pour assister à mon mariage, et la plupart d'entre eux ne m'ont jamais laissé tomber dans les moments difficiles. J'ai toujours préféré être commandée par des hommes que par des femmes, et je reste encore aujourd'hui convaincue, que le pire ennemi du féminisme, c'est la femme. 

Je te passe les militantes à la fac,  dont le combat essentiel était de ne pas s'épiler, ni laver "les caleçons d'un mec". Déjà à l'époque, je me demandais quels étaient les vrais fondements de leur posture (la difficulté à choper peut-être).

Sache-le My Third, je vomis les prétendues défenseuses des femmes qui pensent qu'élever un bébé porte préjudice à leur cause, je déteste ces filles qui nous méprisent parce qu'on allaite, je ne me sens aucun atôme-crochu avec les pseudo intellectuelles qui vont m'expliquer ce que c'est qu'être une femme au XXIe siècle, j'abhorre les faux combats  d'arrière-garde, les leçons de moral stupides et culpabilisantes, et je ne souscris pas spécialement à celles qui défendent la cause des femmes en top less (et cela n'a rien à voir avec ce qu'il me reste de seins après chaque grossesse)...bref....Pour moi, savoir qui récure la baignoire ou repasse les chemises, c'est du détail domestique, pas un combat de fond (et il ne t'aura pas échapper que ton père ne sait faire ni l'un ni l'autre, et bien que je râle, au fond, soyons honnête, je ne monterais pas des barricades pour ça). 

Du coup, tu l'auras compris : je n'aurais pas été dérangée d'avoir des fils, même trois.

Et pourtant ma chère chère Third,  il faut rester sur la brèche. Le monde ne se réduit pas à nos frontières, tous les pères n'élèvent pas leurs filles comme le mien (même si avec le temps, le pauvre a du rabaisser ses prétentions concernant tata et moi). Il faut que tu saches, ma tout petite Third, que certaines petites filles sont privées d'instructions au Cambodge ou ailleurs, qu'au Sud du Soudan des filles et des fillettes sont des armes de guerre, corps à disposition totale d'hommes qui se comportent pire que des bêtes, qu'il y a des pays qui ne présentent pas de filles au championnat du monde d'échecs, et d'autres où elles sont plus mineures que des enfants, où elles ne peuvent même pas conduire une voiture, et je ne te parlerai pas de la manière dont on opère dès l'enfance des petites filles pour les empêcher d'avoir une sexualité épanouie, je t'épargne aussi l'histoire des mariages forcés...point trop n'en faut.

Même en France, my Third, certaines femmes se dissimulent pour ne pas être des objets de tentation, même en France des représentantes politiques (oui des femmes!) envisagent de supprimer les aides au planning familial et remettent en cause le droit à disposer de son corps. Il y a à côté de nous, des femmes qui n'ont pas tout à fait le droit d'être elle-même

Sache My Third que toutes les dictatures, régimes totalitaires et communautés réactionnaires ont commencé par remettre les femmes aux fourneaux et aux langes. A chaque fois qu'on résumera une femme à son ventre (pour porter les enfants) et à ses mains (pour servir les hommes), à chaque fois il faudra s'insurger. Alors my Third, je te le dis à toi, parce qu'à mon époque c'était tellement évident que j'en avais oublié que ce n'était pas partout pareil : il faudra toujours être vigilante.

Vigilante à bien faire marcher ta tête, à faire tes choix en fonction de tes gouts et non pas de ton sexe, à ne rien t'interdire parce que tu es une fille. Vigilante à choisir un homme qui te respecte et te laisse être toi-même. Vigilante à faire des enfants parce que tu le choisis et non par pression sociale. Que tu vires cagole, gothique, garçon manqué ou première de classe, que tu fasses de la danse, du judo ou de la poterie, quoique tu choisisses, il faudra le faire en âme et conscience.

Et n'oublie jamais qu'être féministe ce n'est pas lutter contre les Hommes, c'est lutter pour les Femmes. Et crois-moi, ça n'a rien à voir. 

Femme, épouse, amante, working-girl; mère, fille et grand-mère, créatrice, consommatrice, insurgée ou lunaire, amie fidèle et tante dévouée, fumeuse invétérée ou prof de Yoga, aventurière ou femme au foyer, tu ne pourras pas tout être, en tous les cas pas tout en même temps, en tant que femme libre, tu auras la responsabilité de choisir celle que tu veux être. 

Nous appellerons ça entre nous la "Simone Attitude" (Veil, Beauvoir, Weil) ou bien  "la Chanel Touch" si tu préfères, ou même  le "Marie Curie spirit" si vraiment tu y tiens. Je n'attends pas nécessairement que tu passes l'agrégation de philo à 21 ans, ni que tu deviennes une icône de la mode, ni non plus que tu sois une éminente scientifique...mais tant qu'on vivra dans un pays libre qui place hommes et femmes (au moins sur le papier) sur un pied d'égalité, tu auras comme devoir de donner le maximum de toi-même et de ne pas oublier qu'ailleurs sur la planète et parfois pas si loin de nous, il existe encore des femmes opprimées, soumises, abîmées et stigmatisées à cause de leur sexe...et si nous , les femmes libres, instruites et privilégiées, les oublions, qui pensera à défendre leurs droits ?


Alors chère petite Third, qui attend tranquillement ton heure de gloire (alors que je suis en panique), si rien n'est prêt à la maison, tout est au carré dans nos têtes. Nous essaierons -dans la mesure du possible- de te donner toutes les chances d'être heureuse, autonome et en accord avec toi (même si l'essentiel du boulot te reviendra évidemment), et toi, il ne faudra pas que tu oublies qu'être une fille, c'est formidable, mais ça implique aussi de ne pas oublier les autres, celles qui n'ont pas notre chance. 


Réfléchis tranquillement à tout cela et prends ton temps pour digérer les différentes informations que je viens de te donner...quand tu te sentiras prête, tu te manifesteras...et qui sait d'ici là, Papa, tes soeurs et moi serons peut-être totalement organisés pour t'accueillir (et si ce n'est pas le cas c'est pas grave, on a toujours été mauvais en organisation et logistique...et ça passe quand même - enfin habituellement).

mardi 19 janvier 2016

HHhH

Laurent Binet, HHhH (2009)
Le Livre de Poche, 2011, 443 p.
J'ai aimé Laurent Binet le jour où notre François national a prouvé qu'il en était jaloux comme un pou,  en citant une chanson de Téléphone qui n'existait pas encore quand elle est mentionnée dans le dernier opus de Binet (et maintenant que j'ai lu HHhH, je mesure la perversité de cette remarque busnelienne envers un auteur obsédé par la vérité historique). 

HHhH c'est l'histoire de l'attentat contre Heydrich, organisé par un réseau de résistants à Prague. HHhH c'est "Himmlers Hirn heißt Heydrich" -le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich. Heydrich, c'est le dignitaire nazi, aussi raffiné que cruel, aussi intelligent que pervers qu'Hitler envoie à Prague, permettant à la "bête blonde" de se prendre pour un prince de Bohême, de flatter son côté complètement mégalomane et de nourrir ses velléités meurtrières de masse. 

Donc HHhH, pour quelqu'un comme moi, c'est que du bon (rapport à ma vie antérieure).

Ce qui est très réussi dans ce premier roman, c'est que Binet nous raconte comment il s'est attelé à la tâche d'écrire ce livre. C'est passionnant de découvrir son obsession pour Heydrich, comment il le voit partout, combien il a l'impression que tout le ramène à cet homme qui avait quand même perdu une part de son humanité. On aime aussi comment Binet dépeint l'hécatombe de sa propre vie amoureuse, ses tentatives de lectures d'extraits à des amis, sa manière de guetter les approbations, de décider s'il garde une scène où s'il la supprime . Bref, suivre le parcours du romancier qu'il n'est pas encore (HHhH est son premier roman), c'est délicieux, c'est jouissif et c'est drôle. En plus il y a vraiment une réflexion sur le travail de l'écriture, avec de belles trouvailles narratives (genre la scène qu'il a enlevée mais qu'on lit quand même). Je regrette néanmoins un discours un peu relâché parfois (#OldSchool).

J'ai aimé évidemment le décor. Prague et moi avons une histoire ensemble, puisque c'est là que j'ai rencontré l'Homme, il y a 16 ans sous la neige (embrumés l'un et l'autre par les vapeurs d'absinthe - à 20 ans, on ne sait pas se modérer...mais si on avait su se tenir, on ne se serait sûrement pas mariés donc l'éthylisme à ses avantages). Mes souvenirs pragois sont par conséquent assez flous, et je me souviens davantage d'une ambiance générale, de monuments magistraux, de ponts et d'eau que d'un plan clair de la ville. Mais je me suis réjouie des déambulations pragoises et je reste émue par l'amour que Binet porte à cette ville (qui lui la connaît très bien).

J'ai aussi adoré le côté historique (oh comme c'est étonnant), les recherches sur les dignitaires nazis, la fascination morbide pour Heydrich (on a tous un type vraiment pas terrible qui nous obsède) et la fausse distance avec les atrocités. J'ai aimé comment certains détails sans importance pour le lecteur, rendent fou l'auteur. Binet a vraiment fait d'Heydrich un détestable personnage de roman, sans doute grâce à une documentation sur lui et l'ensemble des dignitaires nazis suffisante pour véritablement créer des atmosphères, des situations probables et sans doute fidèles à la réalité.

En revanche (et c'est ça qui coince pour moi), Binet n'a pas osé aller aussi loin avec les Résistants et je le regrette (c'est le gros gros problème des romans historiques, doit-on trahir l'histoire un peu pour écrire un bon roman?). Gabčík et Kubis, qui sont les deux héros de ce roman, l'un Tchèque et l'autre Slovaque et qui vont assassiner Heydrich, n'ont pas la densité des personnages nazis. Prisonniers de ses sources, ou plutôt par leur aridité, Binet n'a pas osé en faire plus que ce que ses informations lui permettaient, ce qui donne au final des ombres aux contours mal déterminés.  

Moi, j'aurais aimé davantage les connaître ces deux-là, quitte à trahir un peu les vrais individus, les identifier davantage, les aimer aussi, eux ainsi que tout le réseau qui les a entourés: le traitre surtout avec lequel il y avait à faire, le couple et leur fils, bref tous ces gens extraordinaires qui ont laissé moins de traces que les monstres qu'ils ont combattus. Je ne peux pas en vouloir à Laurent, car je connais le prix de la réalité de l'histoire et je suis la première à m'offusquer des libertés que certains romanciers prennent avec les gens qui ont vraiment existé. Car comme dit Edouard Louis, "notre histoire sera toujours racontée par les autres" et ça c'est un vrai problème pour qui se lance dans un roman historique. 

Je vous encourage à aller voir chez Delphine Olympe qui a été complètement séduite.

Mais bon, on ne peut pas être Druon dès le premier essai, c'est pourquoi je lirai La septième fonction du langage.

Ce billet est une participation au challenge A tous prix d'Aspho pour le Goncourt du Premier roman en 2010.

Fournisseur de ce billet: ma librairie indépendante dans laquelle je me suis rendue dans un moment d'égarement.

C'était Galéa en pleine expérimentation scientifique. Pour vous je teste, comment résister à la grippe à 8 mois 1/2 de grossesse, alors que deux enfants fiévreux et délirants vous collent toute la journée en gémissant , vous éternuent dessus sans mettre la main devant la bouche, et dorment dans votre lit alors que déjà avec l'Homme et my Third on est quand même serrés?  
Je tente la méthode bobo (réservée aux gens vraiment ennuyeux) : thé Mariage, homéopathie, oranges et France Culture. 
Résultat du test dans quelques jours (#ServicePublicDeLaSanté).

vendredi 15 janvier 2016

Jardin secret : Photo du mois # 13

Le thème choisi ce mois-ci par Cara était Jardin secret, ce qui clairement m'inspire différemment depuis que j'ai un blog - qui me permet de déverser sans beaucoup de retenue ce qui devrait rester dans ma tête. Du coup, je n'ai plus cahier ni journal intime, et mes factures de portable ont considérablement baissé (rapport au fait que je n'appelle plus mes copines à l'autre bout de l'hexagone pour me plaindre de tout et de tout le monde).

Heureusement, j'ai un blog qui se voudrait littéraire, j'ai donc trouvé LA parade.



J'opte donc pour le jardin secret de papier, celui qui n'engage pas trop. Dans le mien, on y trouve d'abord de la joie, de l'énergie, de l'avant-garde et de la blague. Fidèle à moi-même, toujours un oeil dans le rétroviseur, je cours après les Disparus, les miens, ceux des autres (et même ceux qui personne ne regrette), puis je me perds au détour de la Rue des boutiques obscures tellement les adresses obsolètes m'enchantent (vous pouvez me contacter pour animer vos mariages, baptêmes et bar-mitsva ...je suis une valeur sûre niveau ambiance).

D'autant qu'en 2015, je suis officiellement devenue quelqu'un d'ennuyeux (de "chiant" même diront certains depuis ma migration sur France Culture). Mais il y a pire : 2016 verra fleurir une Galéa féministe, je m'imagine aussi élégante qu'une Mlle Chanel, laissant derrière moi Les Mémoires d'une jeune fille rangée qu'il a bien fallu bousculer un peu, sans pour autant arriver aux extrémités du Livre de Dina (enfin c'est surtout pour l'Homme si on n'y réfléchit bien - je dispense aussi des conseils conjugaux à l'occasion).

Il y a dans mon jardin secret des paires de baskets et quelques demi-pointes, car telle une héroïne (qui serait moi en mieux), me voici donc dans la peau de Nancy Sheridan de La Grande course de Flanagan, je cours sans problème 80 Km par jour sous un froid extrême ou une chaleur caniculaire. Et j'entends sur la ligne d'arrivée, alors que la quarantaine approche dangereusement "Danse, danse, danse Galéa" (même si je n'ignore pas que de ce côté-là, il est vraiment trop tard à moins de renoncer à toute dignité et de gâcher l'adolescence de mes filles).

Evidemment, pour ceux qui en doutaient, j'ai un coeur, ou du moins j'en ai eu un quand j'étais jeune: point de jardin secret digne de ce nom sans histoire d'amour frémissante, fantasmes platoniques et littéraires, comme cet Aurélien ambigu et désœuvré que je laisse à mes 17 ans flamboyants et qui restera mon premier grand choc amoureux et littéraire. Je garde aussi une pensée émue au souvenir d'Yvonne, merveilleuse figure du Grand Meaulnes à qui j'espérais ressembler vers 20 ans (alors que bon les côtés mystérieux, inaccessible et sacrificiel n'étaient quand même pas mes principaux traits de caractère à l'époque... ni même maintenant si on n'y réfléchit bien).

J'assume aussi ma part d'ombre, mon attirance pour le tragique et le sang, et je confesse encore mon enthousiasme pour le Crime de l'Orient Express et la terrible première scène des Rois maudits (que je cite assez souvent quand j'essaie d'illustrer à quelqu'un une théorie qui m'est chère  et qui se résume à " dans la vie, tout se paie ma bonne dame" #LeBonSensPrèsDeChezVous).

Et puis finalement quand on arrive à l'âge de la maturité (oui j'en suis là je pense...en toute humilité bien sûr), on apprend, dans ce jardin secret qu'on alimente d'encre et de papier depuis si longtemps, alors que nous sommes tous quelques parts Des personnages en quête d'auteur, que finalement dans la vie, tout est un peu plus compliqué que le mal, le bien, le beau et le moche, le temps de saisir Le silence de la mer, et de se souvenir que personne n'est infaillible, ni ici ni ailleurs, ni nous ni les autres, et de savoir le reconnaître .... Confiteor.

Comment mes petits camarades ont-ils interpréter ce thème ? (m'est avis qu'ils auront été plus concis que moi).

MyLittleRoad, Xoliv', Mon Album Photo, Lavandine, Mirovinben, Voyager en photo, Gilsoub, KK-huète En Bretannie, Cara, magda627, François le Niçois, Krn, Autour de Cia, Philae, Josette, Christophe, Koalisa, E, Blogoth67, Marie, Aude, MauriceMonAmour, Julie, Eva INside-EXpat, CécileP, Cocazzz, Philisine Cave, Renepaulhenry, Lavandine83, Nicky, Alban, DelphineF, Sinuaisons, Champagne, Galéa, Laulinea, Loulou, Pixeline, Carole en Australie, Akaieric, Brindille, Suki, J'habite à Waterford, Morgane Byloos Photography, Lyonelk, Mireille, Visites et voyages, Alexinparis, Mimireliton, Laurent Nicolas, Mamysoren, Danièle.B, Dom-Aufildesvues, Tambour Major, Tuxana, Chiffons and Co, Dame Skarlette, Les bonheurs d'Anne & Alex, Guillaume, Cécile, AF News, Giselle 43, Sous mon arbre, Chat bleu, Pat, Nanouk, Céline in Paris, Frédéric, Angélique, Pilisi, Chloé, Testinaute, Homeos-tasie, Woocares, Milla la galerie, Cricriyom from Paris, Noz & 'Lo, Lau* des montagnes, Rythme Indigo, Luckasetmoi, Les Bazos en Goguette, Canaghanette, Estelle, BiGBuGS, La Fille de l'Air, Kenza, Calamonique, El Padawan, Thalie.