dimanche 29 septembre 2013

La Grande course de Flanagan

Tom McNab,
La Grande course de Flanagan (1981)
J'ai lu, 2013 (631 p.)
C'est à cause de ce livre que j'ai ouvert un blog. Enfin, disons qu'il a été le déclencheur. Mais je vous reparlerai de tout cela, le mois prochain, pour les un an de ce qui n'est plus un bébé-blog ...


La Grande course de Flanagan parle de course bien sûr. Mais pas de n'importe quelle course, pas de celle du dimanche. Non, non, non!! On parle de la Trans-América des années 1930.  5 000 Km à parcourir, 2 milliers de coureurs venus du monde entier. Tous espèrent  relever le défi de Flanagan, un mégalomane, fou de sport, et fou tout court, toujours engagé des projets ahurissants... 

Dans le roman de Mc Nab, les athlètes de Flanagan courent 80 Km par jour, 5 jours par semaines pendant 3 mois. Deux marathons par jour!!!! Et le plus fort, c'est que les scores des premiers avoisinent les 6 mn/Km sur cette distance; c'est absolument ahurissant (mon meilleur score c'est 5'40 sur 11 Km !!). 


7h08: départ...il fait nuit!

Km 1: 05'34''


Km 2 : 05'43''



Km 3: 05'49''



Km 4: 05'47''


Km 5: 05'23''

Km 6: 06'05''

Km 7: 05'35''

Km 8: 05'22''


La course de Flanagan, c'est LA course de la dernière chance, la course qui traverse l'Amérique avec tous les ressorts de la période (la crise de 29, Al Capone, les manœuvres politiciennes, les JO de 1932, les jeunesses hitlériennes...). 

La masse des coureurs ressemble à une cour des miracles : plusieurs centaines de crèves-la-faim, fracassés par la crise de 29, des gens qui courent pour ne pas mourir ...même pas pour gagner, juste pour manger à leur faim . 

Au milieu de cette foule de partants, on y trouve Hugh Mc Phail (un sprinter écossais affamé), un Anglais ,Lord Thurley en mal de reconnaissance de ses pairs, un merveilleux quinquagénaire, Doc Cole, plus ou moins colporteur et bonimenteur, qui a la mémoire et la sagesse de ce qu'est la course. Mon chouchou, Mike Morgan, un aciériste gréviste, boxeur à ses heures noires,  qui a déjà perdu toutes ses batailles. Une fantastique Kate Sheridan, jeune danseuse de cabaret, qui s'essaie à la course. Que je l'aime cette Kate!! Il m'arrive de me  prendre pour elle quand je dépasse deux personnes devant moi (ce qui arrive rarement en ce moment puisque la ville s'apprête à donner le départ du marathon dans un mois, donc ça s'entraîne sec et tôt).

 Je pourrais vous parler longtemps de tous ces merveilleux personnages, mais je me conterais de citer le journaliste de la course qui dit d'eux qu'ils "oscillent sur la corde raide de l'absolu (...) ils symbolisent l'espèce humaine dans ce qu'elle a de meilleur" (p.367). 

La Grande course...c'est le livre des coureurs (même à mon niveau dominical) . La course ici, c'est un chemin presque christique qui va chercher le meilleur de soi-même, qui déclenche les solidarités. Mc Nab parle du fait d'être coureur, de la posture, il livre une ode à la solidarité sportive, à la vertu de l'effort, au véritable esprit de compétition et au fair-play. Courir ici, c'est une raison de vivre et un état d'esprit. 

Quoique  l'athlète de Flanagan soit finalement, comme aujourd'hui, une sorte de modèle qu'on scrute. Ça met presque mal à l'aise de voir à quel point les coureurs qu'on aime (comme Kate je suis secrètement amoureuse de Mike Morgan) sont la propriété de Flanagan qui les exhibe comme des bêtes de foire, les fait courir contre des chevaux, boxer contre des pro... 

Il y a quelque chose de Fear Factor ou de Koh Lanta dans La Grande course...C'est malsain, c'est pathétique...mais ça dit quelque chose de la fascination qu'on a tous de l'exploit sportif. Et finalement, les athlètes de Flanagan n'ont rien à voir avec nos sportifs contemporains qui font de la pub pour téléphone portable et chocolats saturés de graisses hydrogénées. Ce qu'ils endurent, ils le font par nécessité pour s'en sortir, pas pour acheter des voitures ou des jeunes filles peu farouches.

Mac Nab érige le marathon en distance mythique, même au terme de 5 000 Km. J'ai pleuré à la fin tellement les dernières pages ont l'esprit du sport, le vrai, et tellement ses personnages sont beaux. 

Même chez moi, le concept de mental de vainqueur ça résonne quelque part...

Et franchement, un peu de beaux sentiments sur fond de dépassement de soi, punaise que ça fait du bien!!!

De vous à moi, il y a des gens qui après la lecture de ce livre se sont mis à courir...et qui engloutissent les Km depuis....vrai de vrai.

Je vous renvoie donc chez Alphonsine et Dominique qui avaient chroniqué ce beau livre avant moi...
et aussi chez des coureusesdes vraies qui font un peu plus que courir le dimanche matin..
 

PS: je n'avais pas d'idée pour illustrer ce billet, j'ai donc tenté de mettre mon modeste jogging de ce matin en images... 8 malheureux Km au levé du jour (les coureurs de Flanagan faisaient ça dix fois par jour...). Je précise que:
-  j'avais oublié qu'il y avait le départ du triathlon ce matin (j'ai amputé mon parcours de 2 Km), 
- de la grêle était prévue (d'où mon départ presque de nuit)
- je m'arrêtais tous les Km pour prendre ces photos inoubliables (d'où les moyennement nettes)

Les feignants ont toujours de bonnes excuses...mais, retenons plutôt l'essentiel de ce livre:

"L'athlète représente l'homme aux frontières de ses possibilités" (p.598). 


dimanche 22 septembre 2013

Lettre à Modiano-Challenge chez Liliba

Bon ça y est...J'ai un jour de retard pour le challenge vidéo de Liliba; mais j'y suis.

L'une de mes résolutions de rentrée était de ne plus rien abandonner avant achèvement du projet (Sophie j'ai fini tes Gengi , c'est dire).

Dire que j'ai galéré est un doux euphémisme. Parce que ma web cam est morte. Pourquoi? A cause de Millenium que j'ai lu à la fin de mes études. Et ce que pouvait faire Lisbeth était tellement inquiétant que j'avais fait quelques manipulations malheureuses (je n'avais pas la distance suffisante pour me rendre compte que "les chevaliers de l'an 1000 du lac de Paladru" était un peu trop pointu pour le grand public). Et maintenant c'est trop tard, mon ordinateur est vexé. Plus rien ne fonctionne.


Bref, j'avais hésité en Terminale à prendre option audiovisuelle, j'ai très bien fait de m'abstenir et de prendre danse à la place (qui m'a permis de l'avoir ce fameux bac)

J'avais imaginé un instant topissime, mais bon c'est techniquement moyen , le message est un peu dégoulinant (Modianette un jour, Modianette toujours) , je bafouille parfois, j'ai un voile sur la voix (le tabac c'est tabou etc...), les enchaînements font de la peine. Je ne m'essayerai plus jamais à la vidéo ni à YouTube, mais j'ai tenu ma parole.

Pour une fois, je fais court, je vous laisse, le Masque va commencer.

J'en appelle à votre indulgence.

Je vous laisse aller voir les autres vidéos : celle de Liliba est militante, vous verrez aussi deux adorables petites filles présenter un album jeunesse, et de drôles de lapins cultivés...



jeudi 19 septembre 2013

Versatile blogger award (je sais...c'est abuser au bout d'un moment)

Je parle beaucoup trop de moi, c'est une évidence...mais l'un dans l'autre, on me tague, alors je ne résiste pas.
versitle-blogger
Cette fois, c'est  L'or Rouge qui me pointe du doigt et Asphodèle qui m'inspire avec son girl-power. Je vais donc faire un mélange des deux...en toute mauvaise foi comme toujours.

D'abord, je respecte les règles (c'est mon côté scolaire).

1: célébrer l'initiative en arborant fièrement les couleurs du logo des VBA en haut d'un post dédié (à droite)
2: Remercier chaleureusement la blogueuse truculent qui vous aime et le fait savoir. Merci à L'or rouge, dont j'aime le blog, sa mise en poésie des photos, sa sincérité et son sens de l'esthétisme, d'avoir pensé à moi. Et merci à Asphodèle, dont j'aime la franchise et la verve, 
3 : Lister 7 points sur soi . (et ça c'est très compliqué, je préfère répondre à des questions...parce que là comme ça...pas simple. Disons que je vais reprendre quelques questions d'Asphodèle).
4: nominer d'autres blogueurs méritants. Il y en a plein de blogueurs méritants mais tous ne sont pas aussi égocentriques de moi, je laisse donc la liberté à ceux qui le souhaitent de reprendre toutes ces questions.

1: Mon girl-power pour une fille de XXI e siècle (tag d'Aspho)
Comme je le dis souvent, je suis née beaucoup trop tard, je suis donc extrêmement âgée dans ma tête. Pour le moi le vrai Girl power consiste à renoncer à être wonder-woman: mère parfaite, épouse attentive, femme coquette, exigeante et diplômée, working girl méritante, sérial copine...ras-le-bol du diktat de la femme moderne...Elle n'existe pas, on nous ment, ça me paraît évident.

2: Ce que je hais dans la mode en général
Le béton ciré (qui n'égalera jamais un parquet, de la tomette ou un carrelage ancien), les meubles laqués (croyez-moi cette histoire se terminera comme le formica des années 1970), le jean slim (à moins d'être une bombe atomique), la loi Evin (ok je sors).

3: Un projet  qui me tient à coeur (tag d'Aspho)
J'ai découvert que ma webcam ne fonctionnait pas, je vais donc devoir me creuser la tête pour le challenge de Liliba sur la vidéo...Pas gagné c'est moi qui vous le dis.

4: Un trait de caractère
Je tente plein de choses mais jamais rien à fond (syndrome Givarc'h, je ne reviens pas dessus, on en a déjà parlé...), j'ai du mal à finaliser, à aller au bout des choses, je m'arrête toujours dans les derniers mètres d'une course...bref un mental de loose, en revanche je suis une amie fidèle.

5: Meilleure astuce pour faire des économies (tag d'Aspho)
Je dépense très peu, je déteste faire les magasins, je suis réfractaire à la mode, je hais le gaspillage. Je répare, je restaure, je recycle...et je me prive parfois. Parce que j'ai des goûts de luxe, j'aime les choses coûteuses (pas parce qu'elles le sont mais parce que j'aime le beau). L'un dans l'autre c'est économique, tout dure plus longtemps quand on y met le prix (l'Homme est en pleine phase de digestion du concept...mais il m'aime comme je suis, donc ça passe).

6: Pourquoi je suis ringarde et comment je l'assume...
Mes enfants n'ont pas le droit de regarder la télé (même si c'est éducatif), je danse comme une folle sur les tubes démodés de ma jeunesse (même les plus craignos), je préfère De Gaulle à Sarkozy et Mendès-France à Hollande, je milite contre la simplification de la langue française et la disparition de l'imparfait du subjonctif, j'ai fait allemand première langue (et je vais reproduire le schéma), j'ai écumé toutes mes plus grosses bêtises avant 25 ans (il faut que jeunesse se fasse, et la mienne est bien faite c'est pourquoi je suis si vieille maintenant...), je suis par conséquent contre la crise d'ado de la quarantaine, je déteste le tutoiement intempestif (sauf sur la blogo, parce qu'au fond je suis adaptable)...

7: ...je suis néanmoins quelqu'un qui gagne à être connue (paraît-il....enfin j'espère)


La vérité c'est que je suis en pleine lecture des livres de ma sélection ELLE, je ne peux rien publier tant que je n'ai pas renvoyé mes feuille de notations. En plus je n'avance pas vite: trop de travail, trop de rentrée, trop désorganisée, débordée d'un rien la Galéa.... je gagne du temps, c'est misérable je sais....Je suis en retrait de la blogo, je lis la plupart des billets via FB depuis ma petite pomme, mais impossible de commenter du téléphone. 

Je ne tague personne avec ce patchwork 'ce serait malhonnête)...et ce n'est pas l'envie qui m'en manque...

Belle fin de semaine à tous...


...a venir La Grande course de Flanagan (billet bien difficile à rédiger dans cette période mouvementée)







jeudi 12 septembre 2013

L'heure et la date


Lundi, le 9/09 à 9h09 PM, j'ai participé au jeu d'Enna qui consistait à prendre une photo juste à ces heure et date précises. J'étais donc misérablement en train  de fumer une cigarette sur mon balcon (pendant que l'Homme négociait avec Rayures un répit) quand mon portable m'a dit "c'est maintenant qu'il faut prendre une photo". 


Au delà du fait qu'elle soit artistiquement médiocre, je me suis quand même dit que j'étais bien mieux en vacances.

Alors en trois mots. J'ai passé des vacances merveilleuses, chez moi, au bout d'une pointe, dans une petite maison cachée dans un hameau où nous portons tous le même nom de famille. J'ai vécu coupée du monde (enfin presque, j'avais de temps à autre des nouvelles de Facebook sur mon téléphone...). Je ne me suis pas maquillée ni regardée dans une glace pendant 8 jours, j'ai mis le même short toute la semaine, les enfants ont marché pieds nus tout le temps, j'ai lu La Grande course de Flanagan, je suis allée courir tous les matins, sur les sentiers côtiers ou en faisant le tour d'îles accessibles à marées basses. Il faisait beau, nous n'étions qu'entre nous (ou presque...disons que la famille est très grande), j'ai fait le plein de crabes, d' araignées, d'étrilles et de palourdes pour toute l'année, j'ai pris l'apéritif devant la mer en fort coefficient. J'ai déterré un hortensia pour le ramener vers la Méditerranée ...l'avenir nous dira si j'ai eu raison de céder à mon caprice.


Et sur la route du retour, j'ai été assaillie par des questions métaphysiques (que je vais m'empresser de soumettre à Olivier Moss de Priceminister..certaines me comprendront):

1: Pourquoi les automobilistes qui ne dépassent pas le 120 Km/h restent sur la voie du milieu sur l'autoroute? Est-ce déchoir que de se rabattre ? 
(j'ai perdu 2 points sur mon permis pendant mes vacances...la loose...j'avais oublié qu'à partir de Nantes, c'était limité à 110...et j'ai appris à conduire à Quimper -aucune excuse- mon père envisage de me déshériter, il m'avait prêté sa voiture)

2: Pourquoi les stations d'autoroute sont-elles de plus en plus dégoûtantes à mesure qu'on descend celle du Soleil?

Et puis je suis rentrée.

Ici rien n'a changé: la manucure du coin de la rue cherche toujours le grand amour, le chef des urgences travaille une spécialisation au nom compliqué, le vieux colonel à la retraite s'enfile sa douzaine d'huîtres tous les jours, nous avons remis le tiramisu à la carte, ma grande copine quitte son mari, la nouvelle maîtresse de CE2 est très sympa...Il y a des jours chouettes et des journées un peu longues...


Et une certitude s'impose à moi tout naturellement. J'ai découvert que je n'étais pas faite pour travailler, je ne fais pas partie des gens qui se réalisent dans le travail. Les contraintes ne me conviennent pas du tout. Je le regrette bien sûr, mais c'est comme ça. 

Je suis faite pour lire, courir, coudre, prendre des photos, marcher le long de la mer, boire mon café à 8h30 pile, refaire le monde avec mes copines, me coucher tôt, parler très peu, bloguer...


De vous à moi, j'en ai parlé très sérieusement à l'Homme. Je lui ai proposé que nous allions vivre dans notre maison de la pointe, juste entre nous, où nous n'aurions besoin de pas grand chose pour être bien (donc pas besoin que je travaille). 

L'Homme a ri de bon coeur. Il m'a traitée d'éternelle adolescente et d'indéfectible paresseuse; puis il m'a parlé d'Emma et Fabien dans Scènes de ménage...


vendredi 6 septembre 2013

Adèle et moi

Julie Wolkenstein, Adèle et moi
P.O.L., 2013, 595 p.
Adèle et moi de Julie Wolkenstein ne sera pas le roman lauréat du Grand Prix Elle 2014...parce qu'il n'a pas passé la sélection de septembre. Donc théoriquement je ne devrais même pas en parler ici. Mais avec la mauvaise foi qui ne me quitte jamais, et ma tendresse pour les loupés,  je vais en parler quand même. Inutile de vous avouer qu'il fait partie de nos contrariétés!!


Bref, pourquoi faut-il lire Adèle et moi en 5 points (ce billet est dédié à Enna qui hésite encore):

1 : D'abord pourquoi se priver d'une saga familiale chez les très grands privilégiés, qui commence au XIXe siècle et qui s'achève à la veille de la seconde guerre mondiale? Ce serait dommage de ne pas suivre Adèle de ses 9 ans jusqu'à sa mort. Adèle, c'est une petite fille riche, élevée avec tendresse et exigence, une épouse amoureuse, une mère comblée. Mais Adèle, c'est aussi une femme joyeusement asociale, qui aime le silence, la musique, une anti-mondaine, une insomniaque, qui se livrent à des réflexions métaphysiques absolument géniales.

2: Ensuite, il est question de maisons, de celles qui font rêver mais pas que. Rien que pour cela, ce roman vaut le coup  parce qu'il réveille les fantasmes architecturaux de chacun (sauf pour Sandrine peut-être...quoique). Je vous propose d'abord une demeure bourgeoise en banlieue chic; oui, mais située le long d'une voix ferrée: une orangeraie, une jardin splendide mais aussi du bruit, du train...grandeur et décadence.  Je vous emmène aussi dans un hôtel particulier parisien (construit sur un terrain assemblée de manière bourgeoisement incorrecte), dans une rue qui sent le XVIè à plein nez. Mais surtout, je vous livre, non pas une, mais deux maisons normandes de bord de mer dans une villégiature de second ordre, Saint Pair (c'est elle qui le dit p.255):  du salon sur le front de mer, mais aussi du volet décrépi et moisi, une humidité qui ne disparaît jamais, des vitres battues par les embruns, des réparations toujours repoussées.  L'espace, c'est le point de départ ET la résolution de l'histoire; c'est là où Adèle et Julie Wolkenstein se confondent finalement. 

3: Et pour une fois il est question  des hommes -qu'on aime- à travers le regard d'une femme... punaise ce n'est pas si fréquent dans ce type de littérature. Certes les personnages féminins sont pléthores, mais complètement décalés. Vous savez que je ne suis pas très preneuse des histoires de femmes mais alors là, Wolkenstein m'a conquise. Hormis Adèle, on trouve Pauline une demi-demeurée, Tante Odette la délicieuse et formidable vieille fille (et dont je soupçonne Julie Wolkenstein de se servir pour faire passer certains points de vue...et celui sur les mariages dans la bonne société est absolument jouissif p.91). C'est un roman sur les femmes et leurs hommes:  les maris qu'on désire -j'ai adoré-, les fils qu'on protège en vain, et les pères, ceux qui nous manquent, qui nous mentent, qui nous mettent à l'ombre de leurs forces et qui disparaissent. Des pères, il y en a beaucoup dans ce roman : celui d'Adèle, celui de ses enfants, celui de la narratrice, celui de Jacques. La figure du père est la très grande réussite du livre (de mon point de vue)....

4: Il faut aussi le lire parce que, finalement dans Adèle et moi , on croit qu'il est surtout question d'Adèle, mais en fait non, c'est Moi ou, plutôt de Julie Wolkenstein, qui est le personnage principal. Elle est délicieusement antipathique cette auteur. D'abord, elle boit et fume (puis fait un jogging pour se donner bonne conscience), donc d'emblée je me suis sentie concernée. Sans parler des week-end "no kids", de son rejet des goûters d'anniversaire (avec une réflexion sur le vide et le plein de ce type de réjouissances); tout cela fera frémir toutes les bonnes mères de famille (dont j'ai renoncé à faire partie)...Mais surtout, il y a quelque chose de Mendelsohn chez Wolkenstein quand elle recherche les liens invisibles qui la lient à son arrière-grand-mère. Après, c'est vrai que Julie Wolkenstein en fait un peu trop quand elle se revendique en intellectuelle de gauche affranchie du milieu tradi, catho, droite dure dont elle semble être issue... peut être force-t-elle trop le trait...  Mais Wolkenstein est tellement incorrecte -littérairement parlant- que je suis séduite. C'est l'anti Amélie Nothomb, peu attirée par la rencontre de ses lecteurs "une sorte de secte dont je ne suis pas" (p.72), peu encline aux rencontres dont nous raffolons. Elle tacle gentiment mais fermement les ateliers d'écriture, (en se servant de Tante Odette qui trouve que les gens devraient se contenter de lire), je sais, ce n'est pas très sympa pour les blogueurs que nous sommes...mais j'aime ça, parce que ça va à rebours de la mode, parce qu'à mon avis les écrivains sont pléthores à le penser...

5: Enfin dernière raison et pas des moindres:  ce livre est très peu visible virtuellement et réellement (hormis dans l'ouest de la France visiblement). Certes, il apparaît chez certains médias de temps à autre, mais les blogs l'ont ignoré et certaines librairies ne l'ont pas en rayon. Alors soyons clairs, je ne remets pas en cause les partenariats entre éditeurs et blogueurs: publicité gratuite pour l'un, roman gratuit pour l'autre, (gagnant-gagnant comme dirait l'autre) mais quand même. A force de parler des livres offerts, certains beaux romans passent à la trappe, juste parce qu'il faudrait le trouver et les acheter.

Et quand je vois le nombre de fois, ou j'ai gaspillé une vingtaine d'euros pour acheter des livres chroniqués, ou devrais-je dire, loués -survendus- sur de nombreux blogs, je m'interroge. Si les blogueurs en question avaient acheté leur livre en librairie, auraient-ils été aussi enthousiastes?

Donc, à ceux qui s'interrogent sur cet engouement qui me ressemble peu, je peux jurer que ce roman je ne l'ai pas reçu par un service de presse, je ne connais pas l'auteur, ni en vrai ni sur Facebook, je n'ai pas d'entrée chez P.O.L. Ce livre je l'ai acheté 22€, et encore j'ai du le commander parce qu'il était introuvable dans trois librairies différentes (et j'habite la 5ème ville de France). Et s'il n'avait pas été recalé à la sélection de septembre- au désespoir de Valérie- je n'en aurais jamais entendu parler.

 Après soyons honnête jusqu'au bout. Ce livre est long, il est littéraire, et s' il n'a pas passé la sélection de septembre chez Elle, il y a sûrement des raisons. Certains ne l'ont pas aimé du tout. Et puis, il faut reconnaître que c'est un livre peu propice à l'exercice du blog : un gros pavé, une écriture exigeante, des références historiques et littéraires. Exactement l'inverse du livre lu en une journée et chroniqué le lendemain matin sur son blog.

Mais, vraiment, pour Valérie , Meelly et moi, c'est un coup de coeur, qui méritait, à défaut d'être sélectionné par les jurées, d'être un peu plus visible sur les étals des libraires et sur la blogosphère. J'aurais pu mettre 10 points sur mon billet, mais je crains déjà qu'il ne soit trop long, et je sais que dans ce cas, les articles sont lus en diagonale..

Alors à bon entendeur...

C'était Galéa, en direct de la contre-sélection du prix Elle 2014, sobrement intitulée "le recalé de septembre"



mardi 3 septembre 2013

Tout s'est bien passé

Emmanuèle Bernheim,
Tout s'est bien passé
Gallimard, 2013, 206 p.
Sujet, verbe, complément.

C'est dans ce style - qu'on conseille aux étudiants en première année de fac (être clair et précis, sans fioriture)- qu'écrit Emmanuèle Bernheim. Elle nous parle des dernières semaines de son père. Un vieil homme qui préfère mourir plutôt que vivre diminué. En général, je suis assez hermétique à ce style aride et sec...mais là, Bernheim m'a emportée.

 Ce récit est classé en document dans la sélection Elle 2014. Mais, ne nous y trompons pas, Tout s'est bien passé se lit comme un roman. Et ce n'est pas parce qu'on s'identifie à l'histoire qu'on aime ce livre. Parce que clairement, nous n'appartenons pas au même monde (nous ne sommes pas tous des proches de Me Kiejman, de Cavalier ou de Tonie Marshall), mais à la limite, je suis assez ouverte d'esprit...

D'autant que même la galerie des membres de la famille que nous  livre l'auteur est très atypique. Une famille d'anti-héros, peints sans aucune complaisance et même parfois avec une tendre cruauté.

D'abord un père malade, dont la fille n'embellit clairement pas le souvenir. Et pourtant, même les anecdotes les plus vachardes restent bienveillantes. Un père, plus ou moins dépressif depuis toujours, qui revendiquait, bien avant d'être malade, un vrai mal de vivre. C'est un individu égoïste, à mi-chemin  entre la diva capricieuse, le petit garçon facétieux et l'époux odieux. Un père mondain qui aime l'art et le beau, qui ne protège pas ses enfants, et qui pense clairement à son intérêt avant les leurs....puisqu'il exige de ses filles qu'elles l'aident à disparaître. Il pourrait être antipathique finalement ce vieillard mourant, mais sa fille l'a tellement aimé que le lecteur aussi s'y attache.

La mère, malade aussi, est pratiquement absente du récit et moyennement concernée par le destin de son époux. Elle reste une figurante ...pour des raisons qu'on comprend facilement, mais que je ne dévoilerai pas, pour laisser le plaisir de lecture intact à ceux qui vont le découvrir.

La fille aînée ensuite. Emmanuèle Bernheim ne ménage pas non plus le portrait qu'elle fait d'elle même. Ancienne obèse qui ne s'est jamais vraiment remise du poids "monstrueux" de son adolescence, elle tourne au Prozac, Lexomyl, films d'horreur et whisky pour tenir le coup (en se demandant à un moment si certains mélanges ne seraient pas excessifs...j'adore!!). On comprend qu'elle n'a pas d'enfant, et la préparation de la mort de son père prend un dimension encore plus tragique.

Et puis il y a Pascale, la soeur cadette, mère de deux enfants, sensible et forte à la fois. Un très beau personnage; la relation entre les deux soeurs est à la fois limpide et bouleversante... c'est sans doute ce qui m'a le plus touchée dans ce témoignage.

Et puis bien sûr, c'est un livre militant qui traite de la question de la dignité humaine, de la détermination, de la volonté  de continuer ou de renoncer, dans une société où choisir de mourir est un acte illégal. Le passage ou les sœurs et le père choisissent la date de la mort programmée est absolument ahurissant, décalé et juste (p.119). Il faut bien dire que personne n'est à l'aise avec ce sujet qui fait surgir chez chacun d'entre nous certains démons...


Mais au fond, au delà de l'imbroglio juridique et du parcours du combattant du suicide assisté, Emmanuèle Bernheim nous parle en fait de quelque chose d'universel : la disparition d'un être cher, encore plus douloureuse quand on est contraint d'y prendre part. Sans envolée lyrique ni sensiblerie, c'est un témoignage tout en sobriété qui tire les larmes. 

Et finalement, on reste sur un sentiment de calme après le tumulte.


Sujet, verbe...compliments Madame Bernheim... tout s'est bien passé...

PS: Une fois n'est pas coutume, je fais l'effort des mettre les liens de mes copines jurées, parce que c'est bien d'avoir d'autres avis (même si pour moi c'est difficile toutes ses manip':
Le coup de coeur de Valérie, de Meelly et Coralie
Un avis plus mitigé chez Bianca