mercredi 1 juillet 2015

Les blogueurs parlent aux blogueurs # 3- Mior


Cet entretien  avec Mior était prévu depuis plus d'un mois, je lui avais proposé de se prêter au jeu pour parler du slow-blogging, qui lui tient à coeur, mais les récents échanges sur Facebook, ont bien montré que cela peut déclencher la polémique ce type de billet.

Je maintiens quand même ce rendez-vous par principe, en espérant que cela ne déchainera pas en commentaires les leçons de morale et autres commentaires outrés, car si ça ne me pose pas de problème que certains blogueurs se réclament d'une certaine popularité et affichent leur réussite et autres bons scores chez les différents baromètres de la blogo, si je me réjouis pour tous ceux pour qui les blog est un peu plus qu'un loisir, j'aimerais vraiment qu'on manifeste le même respect pour ceux qui décident de dire, un peu fort parfois et pas toujours avec la forme souvent, qu'ils bloguent peu  mais le mieux possible.

Mior est un tempérament bouillant et excessif, je le sais car nous étions jurées ensemble chez ELLE en 2014, elle ne mâche pas ses mots, dépasse parfois la limite de bienséance (sachez que nous avons, d'un commun accord, coupé tout ce qui pourrait encore faire polémique ou choquer tel ou tel). Mais comme pour toutes les vraies grandes gueules, il y a chez cette blogueuse quelque chose de fragile et faillible, la persistance du doute (et l'impossibilité de faire dans le court et le concis ;-)

J'espère que ce billet serait lu pour ce qu'il est: non pas un jugement de valeur sur la blogosphère mais le portrait d'une blogueuse passionnée et au grand coeur.

1- Trois mots de présentation : mais qui est Mior ?


Bonjour !  Je suis violoniste et prof de violon de profession, parisienne d’adoption. Tout le monde sait que ce sont les plus férocement attachés à Paris, et même si régulièrement je râle contre la difficulté des transports, le temps pourri, le prix délirant de l’habitat,  la capacité des parisiens à ronchonner tout le temps et à se la péter, j’aime l’idée de vivre dans une capitale, et une très belle ville, et j’essaye d’en profiter culturellement :  quelle offre !...

J’ai un âge qui me classe direct dans les mamies de la blogo , bien que je ne blogue que depuis trois ans tout juste.. nan, je ne vous dirai  pas… bon , allez , je suis née dans les années soixante, j’avoue… (pff, faich’…) Mais bien sûr je fais beaucoup plus jeune que mon âge :-)) J’ai trois enfants de 17, 15 et bientôt 11 ans. Autant dire que ce n’est pas de tout repos ;-)

2- Ceux qui te suivent depuis longtemps savent que « les livres sont nos maisons de papier » était un blog collectif à ses débuts, avec plusieurs intervenants. Quelle a été la petite étincelle qui a mené à l’ouverture d’un blog et surtout comment se fait-il que tu y sois la seule "tenancière" actuellement ?

Oui , nous partîmes à 3, et me voilà toute seule (mais ce n’est peut-être pas définitif ;-) . Il y avait avec moi ma fille -qui avait tout juste quatorze ans en Juin 2012- et une amie de mon club de lecture IRL, Poppy. C’est une fille fabuleuse, qui lit énormément et dans très grande ouverture d’esprit, une belle curieuse comme je les aime . Mais elle s’est très rapidement rendue compte qu’elle était mal à l’aise sur un blog : à qui s’adressait-elle ? pourquoi ? Elle a donc très vite jeté l’éponge , à mon grand regret.

Quant à ChupaChups, elle avait eu les yeux plus grands que le ventre (les chiens ne font pas des chats) . Son rêve secret étant d’écrire une somme qui fera date sur Harry Potter, il n’est pas déraisonnable de penser qu’elle reviendra pointer son museau ici un de ces jours (mais en rentrant en Terminale et faisant bcp de musique, hum...la thèse Es Pottologie attendra peut-être encore un peu ).

L’étincelle ? une bibliothécaire sympa qui me parle de son blog , comme ça en passant… je découvrais vraiment, jamais entendu parler de ça avant ce printemps 2012, pas le moindre clic sur une page . Rigolo, non ? J’ai alors eu l’impression que j’avais toujours eu envie de bloguer sans le savoir ! Et j’ai foncé. Ta question me permet d’évoquer les cercles de lecteurs IRL : pour moi une expérience fabuleuse. C’est ce club en premier lieu qui a un peu changé ma façon de lire : il fallait lire un peu plus analytique pour pouvoir échanger, dépasser le stade du j’aime-j’aime pas, dialoguer avec une professionnelle (notre libraire de quartier), aussi …  j’ai adoré

En fait , pour moi, bloguer , idéalement c’est créer un très grand Cercle de Lecture avec ceux avec qui on se sent “bouquino-compatibles” C’est un peu cette atmosphère qu’on trouve dans “le Mois Anglais “ par exemple, et qui fait son succès, certainement. On se motive pour lire des choses plus exigeantes , éventuellement, et on se tourne un peu plus vers les classiques, aussi.


3- Tu es une blogueuse exigeante, tu écris des billets longs, et tu fais aussi des commentaires assez longs. On ne peut pas dire que tu survoles la question, tu es plutôt du genre à aller fouiller en profondeur. Alors  quelles sont les pratiques ? Le temps passé chaque jour ou chaque semaine sur ton propre blog mais aussi sur celui des autres? Combien de blogs suis-tu, à partir de quels agrégateur. Es tu d’accord pour donner ton nombre de visites ou c’est black-out sur les stats ? Celles-ci te conviennent-elles ?


Euh , exigeante , je ne sais pas ? Je veux apprendre quelque chose , ou sourire, ou sentir quelqu’un à travers son billet, j’essaye de procéder ainsi moi-même, donner du “grain à moudre”, susciter la discussion. Mon kiff , c’est les commentaires ! J’essaye de répondre très vite, pour que le “ping-pong” puisse éventuellement durer. Les commentaires , c’est la troisième mi-temps du billet , c’est un aspect convivial du blog qui est une vraie récompense, la gratification du blogueur, en vérité. Le ton y est plus léger en général, mais on peut aussi approfondir, mine de rien, le fond du billet, établir des passerelles avec d’autres ouvrages, d’autres auteurs, d’autres billets .

Comme je l’ai expliqué quand j’ai commencé mes billets “Voyages dans la blogosphère” j’ai d’abord blogué en toute innocence et en toute autarcie (ce qui me paraît un peu ridicule quand j’y repense…). J’ai mis un temps fou à découvrir qu’il existait une blogo ! Mais là , ça m’a bien passionnée tout de suite, en revanche.

Une anecdote tordante : quand j’ai commencé, j’ai dû -sans le savoir- être repérée et mise en avant, sur un site type HelloCotton peut-être ?? (j’en ai eu confirmation plus tard par la mère d’une amie, mais qui n’a pas su me dire qui ou quoi) . Alors j’avais 2000 visites par mois et pensais que c’était normal !! Evidemment ça s’est vite écroulé, d’autant plus que je ne publie pas frénétiquement , c’est le moins qu’on puisse dire ; maintenant je suis remontée à 2500/3000 vues par mois , ça me va, ma foi.

J’ai fini par rallier Feedly pour suivre une bonne soixantaine de blogs régulièrement ; c’est un vrai temps de lecture , qui entre d’ailleurs en concurrence avec celui que je peux consacrer aux livres, ce qui est un problème. Alors je le fais , comme le reste, irrégulièrement. Je commente pas mal , comme tu l’as souligné, parce que je pense que tout le monde aime ça ? !  Mais j’aime aussi me plonger , de temps en temps , dans un nouveau blog , lire tout ce qui a été publié depuis six mois, car on sent bien “la personne derrière”, de cette façon ; on sait vite si on a envie de faire un bout de chemin ensemble … ou pas .
Je ne lis pas vite , et je rédige lentement (je tape lentement, je suis une quiche informatique…).Je ne sais pas faire un billet en moins de deux heures ! Donc , bloguer, même slow, me prend un temps considérable ;-)
C’est quotidien , au moins un volet ou l’autre : lire/rédiger/commentaires/visites chez les autres.

4-Du blogueur à l’individu, quel rapport ? Le blogueur (avec ou sans pseudo) est-il un nous amélioré ? Jusqu’où va la volonté de transparence ? On assume ou pas ce que l’on écrit ? Tu parles assez peu de ta vie personnelle sur ton blog, en revanche, tu es très engagée sur certains sujets, jusqu’à quel point Mior te ressemble-t-elle ?


Mior c’est mon nom d’enfant qui avait jusque là un emploi strictement familial ; mon vrai prénom est Marie-Laure, comme on peut le deviner. Le pseudo, je m’en fiche un peu, c’est juste une signature. Je ne me cache pas derrière, mon entourage sait que je blogue , par exemple. Certains amis me suivent, d’autres s’en fichent complet . Il est probable que Mior et M-Laure ne fassent qu’une depuis le début.

 Oui, on assume ce qu’on écrit ! (comment faire autrement ??). Je suis quelqu’un d’assez cash dans la vie, j’aime la franchise, l’engagement, les passionnés ; je rêve de pondération et de douceur, mais cela me semble souvent hors de portée ;-) Quoique en ce moment je suis “en plein travaux” !  Alors la Mior nouvelle sera peut-être plus consensuelle et plus apaisée ? Mais il y a belle lurette que j’ai renoncé à plaire à tout le monde si c’est ce que tu veux dire ;-)
Mior a peut-être plus d’humour que la vraie M-Laure ; c’est donc bien moi en mieux  (un moi amélioré, j’aime bien l’expression, je m’en resservirai !)

5- Tu es parisienne, donc tu as un grand choix de librairies, quelle lectrice es-tu ? Tu fréquentes les bibliothèques ou tu préfères acheter tes livres ? Tu offres des livres mais t’en offre-t-on encore ? (c’est le problème des gros lecteurs auxquels personne n’ose offrir de livre).

Oui, on m’offre encore des livres , heureusement ! Je vais te dire, très honnêtement je ne me classe pas dans la catégorie des grands lecteurs (gros, tu m’excuses, je n’y tiens pas !)  ne serait-ce que parce que je lis assez lentement . En revanche , oui , je lis passionnément et depuis toujours.
Je fréquente les bibli, celle de mon lieu de résidence , celle de mon lieu de travail , et puis encore le bibliobus où ils ont pas mal de nouveautés (et pour le côté fun du camion garé, c’est festif, ça fait tout de suite place du village !) J’achète beaucoup également. Car il y a beaucoup de librairies fabuleuses à Paris, en effet ! Ma préférée reste Galignani, Rue de Rivoli, pour son cadre somptueux , dedans, dehors. Mais j’aime aussi, par exemple “La Belle Lurette” rue St Antoine, “l’Arbre à lettres”  Faubourg Saint Antoine , une toute petite Rue du Jourdain qui fait de très belles sélections, ou “Atout Livre” dans le 12ième (hello Marjorie !) Géographiquement je suis proche de Millepages (Vincennes) et Folies d’Encre (Montreuil) donc vraiment pas à plaindre . Sans oublier sur mon-tout-petit-libraire ;-)  (Librairie Mot à Mot ) Je ne crache pas sur une virée Fnac de temps à autre ; ma préférée, celle des Ternes, qui a un côté luxe, calme et volupté qui me ravit. En revanche, je crache sur Amazon, oui ! Il faut une excuse valable, à mes yeux, pour recourir à leurs services (et il y en a peu…). Sponsorisons nos libraires, c’est important !

6- La question qui gratte : Mior et le monde l’édition ? On en parle, ou on préfère ne pas s’étaler ? Ceux qui te connaissent savent que tu n’es pas opposée aux partenariats, qu’il t’est arrivé d’en faire et tu as même dit une fois que quand tu as ouvert ton blog, tu espérais en recevoir. Tu maintiens ? Car vu que tu parles fort, on sait aussi que c’est un principe qui parfois t’agace. Alors est-ce que Mior est claire dans son rapport avec les éditeurs ?


Zéro souci , rien dans les poches. Alors je dissipe un malentendu entre nous : aucun partenariat, aucun SP. La seule fois où j’ai reçu un bouquin gratos (hormis jeux, et délicates attentions entre blogueuses) , c’était “Passés par la case prison”, ouvrage collectif auquel a contribué Olivier Brunhes , un auteur que je connais IRL ...en tant que parent d’élève ! 

Oui quand j’ai commencé je rêvais de recevoir plein de livres ; c’était naïvement l’image que j’associais à celle de la réussite de ce projet de blog. Personne ne m’a rien proposé jusqu’alors , ça m’a calmée ;-) J’ai appris avec une certaine surprise qu’on pouvait demander, poliment, aux éditeurs, de bénéficier de services de presse. Je ne me vois pas le faire. On en revient à des réalités économiques : si les grands amateurs de livres, eux mêmes, ne veulent pas payer leurs livres, mais alors ? ? Il me semble qu’aucun acte d’achat -ou de non-achat, en l’occurrence- n’est totalement anodin. Le gratuit n’existe pas , c’est juste que quelqu’un paye à votre place, et moi qui appartient au monde de la musique suis bien placée pour le savoir. Beaucoup de blogueurs se vivent comme des critiques amateurs de qualité, ce qui légitime la démarche à leurs propres yeux. Ok… Je ne dis pas “fontaine, je ne boirai pas de ton eau” mais c’est de moins en moins ce que je recherche dans cette aventure, je le crois sincèrement (mais c’est facile de jouer les incorruptibles tant qu’on ne vous a pas sollicité , j’avoue !!)

7- J’en viens naturellement au Slow Blogging. Certaines pratiques de la blogosphère t’exaspèrent (et tu n’es pas la seule), tu ne t’es pas privée de le dire un peu sur tous les tons, c’est ainsi que tu as créé le SlowBlogging (la qualité plus que la quantité), auquel pas mal d’entre nous ont adhéré (et tout de suite en ce qui me concerne). Je te laisse rappeler les grands principes du SlowBlogging je vais néanmoins me faire l’avocat du diable : le slowblogging n’est ce pas la communauté des blogueurs qui ne sont pas influents, qui savent qu’ils ne le seront jamais (par manque de temps, de talent ou de réactivité) et qui ont du mal à le digérer ?

Bien sûr on peut le penser ! Si j’ai écrit ce billet, c’est que j’ai du mal à m’affranchir d’une pression que je ressens fortement : la multiplicité des blogs et la multiplication des billets devient un peu folle, et le lien régularité abondante/ fidélisation d’un lectorat semble inévitable. Or elle donne peut-être lieu à une affadisation des blogs : vite lu/vite chroniqué , par exemple ? Ce n’est qu’une hypothèse bien sûr ;-)

 Autre problème : dans ces conditions ils devient problématique de suivre beaucoup de monde ( ce qui reste mon envie). Les billets s’entassent, si on décroche ne serait-ce qu’une petite semaine on peut se retrouver avec pas loin de 200 billets de retard, c’est dément ! Cela m’attriste, car c’est la porte ouverte au billet lu en diagonale, forcément  (et là , je sais que je rejoins une “fixette” à toi !!). Heureusement, les slows compensent les stakhanovistes. Mais attention : certains bloguent plus vite que leur ombre et vachement bien ! (plusieurs de mes blogs favoris sont dans ce cas ) .

Il est évident que cela dépend aussi du temps dont on dispose, des facilités rédactionnelles que l’on a, du type de billet que l’on aime écrire...Tout se complique, ah ah… M’enfin , je peux te dire que si ce billet sur le SlowBlogging a été lu plus de 669 fois (et tu te doutes que ce n’est pas mon étiage habituel ),  s’il a suscité autant de réactions d’adhésion et de soulagement (c’est palpable dans les commentaires !) c’est bien qu’il évoquait une réalité qui pèse à beaucoup, et l’envie que ça respire un peu plus là-dedans .

 Je n’invente pas le slowblogging , évidemment (certains m’ont répondu malicieusement le pratiquer depuis toujours) et je ne peux ni ne veux imposer quoi que ce soit ! Simplement réfléchir à une sorte de “décroissance” peut-être, pour le bien et le meilleur de la blogo qui menace de devenir obèse.

8- Le blogueur écrit pour son blog … et sinon, est ce que Mior envisage d’écrire pour de vrai, sur des cahiers à spirales par exemple ? A force de parler des romans des autres, est ce qu’on aurait envie d’écrire le sien propre ? On t’imagine assez bouillonnante pour te lancer là dedans.


Oui j’ai très envie de fréquenter des ateliers d’écriture, et depuis longtemps. Je vais peut-être me lancer cet été. Le blog correspond  bien sûr en partie à cette envie de rédiger. Mon métier ne nécessite pas d’écrire le moins du monde, alors depuis tout ce temps cela me manquait un peu .  Mais un je-ne-sais-quoi me dit que dois surtout développer ma carrière de lectrice ! De quoi occuper une vie toute entière…  Je doute vraiment avoir une quelconque plume et si écrivain est pour moi un métier de rêve , cela restera je crois dans cette sphère irréelle



9- De quelle couleur est ton blog ? (interdiction de mettre arc en ciel, c’est trop consensuel, mais je prends toutes les autres du jaune citron au marron glacé en passant par le bleu pacifique). Et pour illustrer, cites 3 livres sans lesquels tu ne serais pas tout à fait le même.


Eh bien jaune citron, ça me va , je crois ! J’aime ce qui est acidulé, qui pique, qui pétille , qui réveille . Il paraît que c’est la couleur de l’été cette année, dis donc . Avec un peu de maturité je pourrai peut-être atteindre au jaune soleil , voire à l’orangé couleur de sérénitude ? On peut toujours rêver :-)

 Trois bouquins sans lesquels je ne serais pas tout à fait la même ?ARGHLLL, trois ?? Misère…

Enfance : comme beaucoup j’aurais pu citer Les Trois Mousquetaires comme choc initial, mais je choisis Le pays où l’on n’arrive jamais d’André Dhôtel. Un enchantement poétique et comme hors du temps qui m’a suffisamment marquée pour que très longtemps après je nomme mon dernier-né d’après le jeune héros de Dhôtel , Gaspard. 

 Jeunesse : Marcel Proust et sa Recherche du temps perdu. J’ai découvert Proust  jeune, je devais avoir dix-huit ans ;  je me souviens le lire assise dans le couloir de ces vieux Corail  ( je parle d’un temps que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître ;-) avec compartiments de huit, bondé , forcément bondé. Ce devait être l’été, j’étais amoureuse d’un type plus âgé qui me pygmalionnait et me faisait découvrir (entre autre) beaucoup de textes. J’avais une vision très politisée de la littérature, à l’époque , je pensais que Proust était une sorte de bourgeois décadent, et partant , nul et non avenu (je pleure de rire en y repensant !!) . Et là, c’est le choc , la littérature plus grande que la vie, etc.. C’est le seul bouquin que je relise (et le seul auteur avec Virginia Woolf qui me mette à la renverse à ce point-là, je crois bien) 

 Et le troisième : me rend malade depuis plusieurs jours ! Que dire , qui choisir ? Je pleure, je me désespère, choisir c’est éliminer et partir c’est mourir un peu …Bon, ça ne peut pas être un écrivain de langue française, les deux premiers le sont (et comment) . Ni un classique, ni un écrivain homme, partant… Alors je choisis  Le livre de Dina d’Herbjorg Wassmö : un récit crépitant, une femme flamboyante et libre, la musique, la Scandinavie, cette façon simple et droite de dire et de vivre les choses  … beaucoup de choses qui me fascinent et me parlent profondément (et en cela H.Wassmo est bien la digne héritière de sa voisine la grande Selma Lagerlöf) Ouf, c’est fait ...


10 - Le mot de la fin  est pour toi Mior.

Eh bien Galéa , je voudrais raconter que nous nous sommes vraiment rencontrées grâce au Prix ELLE 2014, qui suscita  à ton instigation mon inscription sur Facebook en tant que blogueuse il y a environ dix-huit mois ( il m’arrive de penser que j’aurais mieux fait de me casser une jambe ce jour-là , mais bon , ceci est un autre sujet que tu traiterais tellement mieux que moi ! J’ai hâte que tu t’y colles !).  Je m’en rappelle bien et  rien que pour cela je ne regretterai pas cette aventure ELLE. Ne manque plus qu’une rencontre IRL ;  je ne désespère pas ;-)

Tout d’abord je te remercie de cette invitation sur ton blog qui m’a fait un plaisir infini . Mais plus encore je te remercie pour la pertinence  et l’impertinence de tes billets ! Enfin d’avoir initié cette nouvelle chronique “des blogueurs parlent aux blogueurs “ qui est un vrai plaisir de début de mois . Très bon été à tous , très belles lectures, très bon blogging , slow ou pas ;-)  

MIOR

78 commentaires:

  1. Hébé... J'ignorais qu'au départ Mior avait un blog collectif.
    Mior est originaire d'une très belle ville, avec un chouette opéra, et elle joue d'un instrument de musique, donc, même sans parler livres, déjà mes yeux brillent. En plus, Proust et Virginia Woolf sont cités et bien cités...
    Quant aux trucs facebook, j'ai encore dû rater un train...
    Bises à toutes les deux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ce gentil comm Keisha, bises à toi (et j'ai ta tourangellité)

      Supprimer
  2. Perso je ne vois aucune matière à polémiquer dans cette interview. C’est un point de vue. Sincère, assumé, argumenté. Mior n’a pas du tout le ton d’une donneuse de leçon si c’est ce que tu craignais. J’aime beaucoup même si je ne partage pas tout ce qui est dit, tu t’en doutes ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce que nous avons coupé tout ce qui prête à polémique aussi (parceque sinon tu la connais, Mior elle balance), mais oui je voulais qu'on voit surtout son point de vue et son portrait. Merci de ton passage (oui je m'en doute un peu...mais c'est le jeu).

      Supprimer
  3. C'est chouette d'apprendre à connaître les blogueurs par ton biais. Merci !

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup ces portraits ! Merci pour l'anecdote de Proust et du train Corail, j'ai eu le sentiment de retrouver moi aussi ma jeunesse ;-) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai trouvé cela très juste cette anecdote, j'ai beaucoup aimé aussi (du coup je suis dans Proust là)

      Supprimer
  5. Quel plaisir de découvrir Mior ici. Merci pour ce rendez-vous !

    RépondreSupprimer
  6. J'ignorais moi aussi que "Les livres sont nos maisons de papier" était un blog collectif, j'ai découvert Mior trop tard. C'est intéressant de voir cette évolution dans la façon de bloguer, il me semble que je comprends mieux certaines prises de position, comme le slow blogging (qu'il était intéressant de "réexpliquer" après les polémiques et les divergences quant à la façon de le percevoir).
    Une belle interview et occasion de mieux te connaître Mior. J'apprécie de plus en plus ton rendez-vous, Galéa. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Mina, par contre je crains qu'il ne soit un peu suspendu....a voir....

      Supprimer
  7. Merci Galea pour cette rubrique qui nous permet de mieux connaître les blogueurs. C'est toujours sympa d'en savoir plus sur leurs motivations, leur manière d'appréhender le blogging (ça se dit ?), leur lien avec les lecteurs. Merci Mior d'avoir joué si bien joué le jeu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui jusqu'à présent j'ai eu la chance d'avoir des blogueurs qui ont bien joué le jeu ;-)

      Supprimer
  8. Mais, Je est un autre ! Ou alors, Mior c'est moi !
    C'est dingue, j'ai l'impression que j'aurais pu dire exactement la même chose (bon, sauf que moi je suis en quiche en musique, mes connaissances se limitant à peu près à 2 noires = 1 blanche...)
    En tout cas, je partage entièrement ce qui est dit, et j'aime particulièrement les blogs sur lesquels les billets sont fouillés, argumentés et où l'on perçoit aussi les émotions suscitées par la lecture... ce qui exige un minimum de temps, je crois et on en revient au slow blogging.
    Avec un peu de chance, on pourrait se croiser, Mior, dans une de tes librairies fétiches : L'Arbre à lettres Bastille et Millepages à Vincennes sont aussi mes deux librairies de coeur, celles où je m'approvisionne et où je fais de belles découvertes. Ce serait avec plaisir en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que ce seront les 2 librairies représentées par vous dans la vidéo (vous assurez grave les copines). Je suis sûre que Mior sera touchée de ce commentaire Delphine ;-)

      Supprimer
  9. Je rejoins totalement Jérôme, rien ne peut créer une polémique dans cet entretien. Le point de vue est clair, assumé, argumenté. Et comment résister à une violoniste (mon instrument de coeur) originaire de Tours où j'ai fait mes études ? Et qui cite deux de mes écrivains préférés ? Proust et Woolf me renversent également à chaque fois que je les croise, la littérature, la vraie, est bien celle qui chamboule, qui éblouit, qui bluffe son lecteur. J'aime que tu emploies le terme de décroissance pour le slow blogging, c'est une notion à laquelle je suis très attachée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je crois que nous sommes quelques unes à y être attachées (stop à la surconsommation). Ton commentaire nous touche ma chère Titine ;-)

      Supprimer
  10. Très agréable à lire, et de mieux te connaitre Mior. Je me suis reconnue à plusieurs reprises dans ce que tu as dit. Quant au Slow blogging, on peut dire que je corresponds bien aux critères. Bel été à vous les filles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Anne ça c'est sûr tu corresponds aux critères ;-) Bel été à toi ma belle (enfin ce qu'il en reste)

      Supprimer
  11. Je ne comprends pas le truc de la polémique,mais je ne suis pas sur FB .... J'aime bien ce que dit Mior sur les commentaires qui suivent une note, je ressens la même chose. Sympa de la découvrir un peu plus, cela doit faire à peu près un an que je suis ses billets, slow ou pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Athalie (pour la polémique tu ne perds rien du tout). Se découvrir était vraiment le but ;-)

      Supprimer
  12. Merci de m'avoir permis d'encore mieux "connaître" Mior (que je n'imaginais pas enfant des 60s ;-) ).
    J'ignore tout des (éternelles) pseudo polémiques FB (et pour cause!) mais les bisbilles intra-blogo, ce n'est malheureusement pas nouveau. Pour ma part, j'aurais aimé lire la version non-expurgée de cet entretien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te raconte pas quelle aurait été la teneur des commentaires si j'avais laissé le premier jet, car Mior ne fait pas dans le détail ;-) (et à titre perso, c'est pour cela que je l'aime)
      Merci Laurent.

      Supprimer
  13. C'est un plaisir de connaître un peu mieux Mior (ouh là trop d'allitérations) chez toi qui m'a fait la connaître grâce à ton challenge des pépites. J'aime cette façon réfléchie qu'elle a d'envisager la lecture et les blogs. Trop sympa ce rdv des blogueurs qui parlent aux blogueurs, je le guettais depuis avant-hier !
    Quant à moi j'ai trouvé la parade (pour l'instant) à l'avalanche de billets à lire : je n'ai pas d'agrégateur de flux. Je visite les blogs au petit bonheur, surtout mes chouchous ^^ et parfois je retombe sur un blog un peu oublié et passe du temps dessus à lire plusieurs articles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Presque comme toi Ellettres, je n'ai pas d'agrégateur, donc je rattrape mes billets en retard lorsque je visite les blogs . Merci de ces gentils compliments.

      Supprimer
  14. Ravie d'en savoir plus sur Mior et de mettre un visage sur son pseudo.

    RépondreSupprimer
  15. C'est sympa de nous faire connaître un peu mieux Mior. J'aime bien mettre un visage sur les blogs !
    J'ai tout de suite trouvé sympathique l'idée du ATTENTION, ICI ON BLOGUE LENT (oui oui, en français) que je pratique déjà activement, au risque de lasser mes pauvres lecteurs et lectrices... J'envisage d'ailleurs la composition d'un logo perso, avec escargot de mes bois.
    Bon sinon, comme Keisha, j'ai franchement l'impression d'avoir loupé non seulement un mais trois trains... Je ne suis pas sur Fesses de bouc et ne comprends absolument rien à toutes ces polémiques (je pense même louper une partie de l'implicite...). Mais pour tout dire, je m'en porte fort bien :-) Bonne journée Galéa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que depuis, les polémiques se sont éteintes d'elles-mêmes...j'aime beaucoup la francisation et je te soutiens là dedans (mais blog reste quand même un anglicisme non?)
      Je te fais de grosses bises Margotte.

      Supprimer
  16. Trop chouette cette rencontre virtuelle avec Mior ! Ca donne encore plus envie d'aller boire un verre avec elle pour refaire le monde :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ça c'est du super compliment ma Céline ;-)

      Supprimer
  17. J'aime bien aussi ces billets sur d'autres bloggueurs. Les questions sont très personnalisées, c'est vraiment intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis, apprendre à mieux nous connaître, ne nuit pas je pense ;-)
      Merci Moglug

      Supprimer
  18. Très intéressant, comme toujours ! Et je n'ai pas lu en diagonale ;-)

    RépondreSupprimer
  19. Merci à toutes les deux pour cette rencontre très intéressante ! Même si j'ai croisé Mior "en vrai" nous n'avons pas eu beaucoup de temps, je suis donc ravie de la connaître mieux par les questions très pertinentes de Miss Galéa ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Kathel (tu as de la chance dis donc, parce que vous n'habitez pas exactement le même coin quand même)

      Supprimer
  20. Une nouvelle blogueuse qui fréquente la même librairie que Marjorie et moi :-) et un nouvel univers à découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment nouvelle Ribambelle, mais je suis contente que tu la découvres....

      Supprimer
  21. Un billet édifiant qui nous fait une fois de plus comprendre nos motivations de blogueurs et blogueuses ! Ravie que tu nous fasses découvrir Mior et j'ai pris plaisir à suivre votre dialogue !
    Lentement, tout va bien !
    Bonne journée à vous deux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Enitram....toi aussi tu fais partie d'une certaine blogo qui prend son temps en fonction des circonstances....

      Supprimer
  22. Merci pour ce joli portrait ! Et très intéressant ce concept de slow blogging (je ne suis plus sur FB pour suivre les dramas de la blogo, je sens que je rate des trucs !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non tu ne rates rien Praline....et ce sont des polémiques qui appartiennent à un autre temps.

      Supprimer
  23. Chouette interview !!!! J'aime autant tes questions que ses réponses !

    RépondreSupprimer
  24. Je découvre l'idée du Slow-blogging dans ce billet, et je suis enchantée ! Je suis une "vieille" de la blogosphère et je suis toujours étonnée par cet espèce de tension que l'on peut trouver sur la blogosphère avec des idées de nombre de billets ou nombre de connections. J'avoue que c'est très loin de l'idée que je me fais du blog et du partage, du coup j'adhère à 100% ai slow-blogging !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gambadou, oui nous sommes quelques uns à être tombés des nues quand on a découvert cette course aux résultats de certains blogs....

      Supprimer
  25. Merci à Galéa et Mior, dont je suis le blog régulièrement ! C'est bien de la connaître mieux, et son expression "moi en mieux" m'a fait penser à la chanson de Clarika du même nom !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je ne connais pas cette chanson, je vais aller voir ça (je reste convaincue que le pseudo c'est nous en mieux).
      Merci Sandrion.

      Supprimer
  26. Il était temps que je lise en entier ce billet qui m'a passionnée comme toujours cette rubrique intelligente, directe et "éclaircissante" ! Je n'ai pas tout suivi sur FB, je ne savais pas qu'il y avait eu polémique, du moins à ce point ! Je ne sais même pas si j'ai une opinion sur le "slow blogging" vu que mes billets de lectures m'ont toujours pris plus de deux heures, que je blogue régulièrement ou épileptiquement comme depuis quelques mois... Ceux qui publient tous les jours et qui le font bien ne me dérangent pas, les autres non plus, je ne fréquente pas les blogs (slow ou pas) qui ne me correspondent pas, point. Le reste, les "polémiques", etc, je m'en fiche un peu à vrai dire. Mais je suis ravie de connaître Mior beaucoup mieux ! Et Le Livre de Dina est dans mes lectures actuelles, j'ai fini un tome (oui j'ai acheté les trois, pas celui qui regroupe les trois, quiche je vous dis^^) et j'adore cet univers, je lis doucement pour savourer cette littérature qui me fait sortir de tout ce que je connaissais jusqu'à présent. Proust, il faudrait que j'ai le courage de m'y remettre et Madame Woolf, j'ai du mal, j'avoue...mais ça viendra ! Merci Galéa pour ces billets qui font du bien et nous encouragent, chacun à notre façon, à appréhender la bloguo d'un autre oeil... Bonnes lectures estivales les filles ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment mon Aspho grande prêtresse...moi non plus personne ne me dérange en fait, il est tellement facile de ne pas voir ceux qui ne nous intéressent pas (contrairement à la vraie vie d'ailleurs). J'aime beaucoup ton comm. Léo m'a offert le Livre de Dina, je vais bientôt l'attaquer, nous pourrons en parler ensemble. Je sais que tu es encore dans ton goulag, alors prends soin de toi.

      Supprimer
  27. Pfiou mais il s'en passe des choses et des polémiques que je rate ! Mais où suis-je à ce moment-là ? Hé bien merci et bravo pour cette interview qui me permet de garder une certaine visibilité de notre petite communauté de blogolecteurs. Très intéressant tout ce qui est dit là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci a girl (il faut dire que j'ai un don sur FBpour faire des embrouilles)

      Supprimer
  28. Moi je ne trouve pas que Mior dépasse vraiment les limites. Elle donne son avis, on le prend, on le jette, peu importe. Mais elle est cash, ne fait pas l'autruche et est à l'écoute des autres.
    Ce fut l'une de mes belles rencontres de ce prix Elle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui leader, je suis entièrement d'accord avec toi....comme souvent vu que je suis une fayote.

      Supprimer
  29. Amusant car je trouvais le prénom Mior tellement joli (j'aurais pu l'imaginer Perse ... ) que je n'avais jamais pensé à Marie-Laure.
    Je ne connais pas ton blog suffisamment pour les débuts collectifs puis l'évolution. Je te rejoins sur le besoin d'écrire beaucoup, d'analyser, de détailler et le temps consacré à la lecture des autres blogueurs (et des affinités). Et merci de préciser que certains écrivent plus vite que leur ombre ! C'est un peu mon cas. A l'école, je remportais les concours de lecture rapide (qui consistent à lire un texte puis à répondre à 20 questions sur le texte, et j'obtenais souvent 20/20) et j'écris aussi vite.... Mais je trouve juste que chacun aille à son rythme, un blog n'est ni une compétition, ni un challenge, sauf avec soi-même alors ... c'est justement le plaisir de pouvoir consacrer du temps à sa passion.

    Je suis sur FB mais j'ignore tout du débat ... sans doute avais-je le nez plongé dans un livre ! Très joli portait en tout cas donc merci Galéa.
    PS : mon goût préféré est l'acide (citron, rhubarbe.....) donc je te suis entièrement ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Electra pour ce comm...effectivement, on trouve sur la toile des blogueurs qui écrivent plus vite que leur ombre, c'est intéressant de voir à quel point nos pratiques divergent entre les uns et les autres ;-)
      Bien sûr, c'est avec soi-même qu'on est le plus exigeant.
      Une bonne journée à toi.

      Supprimer
  30. Parfois je me demande si j'évolue vraiment dans la blogosphère tant son univers m'est étranger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la blogosphère littéraire Aliénor, un monde particulier en soi....

      Supprimer
  31. Que j'aime cette interview ! Je suis ravie d'avoir pu entrevoir grâce à elle la personnalité pétillante et passionnée de Mior !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ET moi ravie de l'avoir mise en lumière.
      Merci Lili

      Supprimer
  32. je n'ai plus qu'une grande impatience , savoir qui sera le ou la prochaine invité(e) :-))
    C'était super , merci Galéa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle s'est joyeusement désistée, et du coup, j'ai un peu perdu la motivation pour les mois à venir....

      Supprimer
  33. Voilà, je suis venue "curieuser" pour en savoir plus sur Mior. Je suis tout à fait d'accord aussi sur la qualité d'un blog plutôt que la quantité. Je mets un article par semaine, mais j'ai besoin d'une discipline sinon je n'aurai aucune idée de ce que je publie :-)...

    Je lirais bien ce livre scandinave, j'ai adoré en effet Selma Lagerlöf ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime le terme de "curieuser", et Mior le vaut bien. Moi je n'arrive à me tenir à aucune discipline, mais je comprends que d'autres en aient besoin. J'ai aussi le Livre de Dina dans ma PAL.
      Je file tenter de découvrir ton blog (ça ne va pas être simple, il n'y a aucun lien sur ton profil).
      merci de ton passage et de ton comm.

      Supprimer
  34. Un rendez-vous captivant ! Quel plaisir de faire la connaissance de Mior ! C'est amusant, en lisant les blogs, on se fait une idée de la personne et je n'imaginais pas du tout que Mior se situait dans la même décennie que moi... Je l'imaginais bien plus jeune...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un beau compliment...ça veut dire que vous êtes restées jeunes dans vos têtes les filles.
      Tu reprends du service Krol ?

      Supprimer
  35. Très joli portrait, merci Galéa, merci Mior, et à moi cet été Le livre de Dina qui m'attend depuis bien trop longtemps :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi Laure...depuis que Léo me l'a offert....
      Merci beaucoup

      Supprimer
  36. Un bel entretien décidément ! Galea, tu blogues peu mais extrêmement bien, et c'est tout ce qui compte. Le slow blogging s'inscrit simplement dans une démarche de slowitude qui existe depuis trente ans quand même. C'est bien que ça existe aussi chez les blogueurs, j'espère que ça fera sens, même si heureusement, on était déjà nombreux à le pratiquer avant d'y "poser" un nom ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ce très beau compliment Lybertaire, je connais ton exigence donc je mesure ce que tu me dis. Merci beaucoup. Oui le slow blogging a mis un nom sur quelque chose qui était pratiqué depuis un moment sur les blogs et ailleurs.
      Merci de ton passage et de ton comm.

      Supprimer
  37. j'adore ces interviews bravo !
    et qui mieux que Mior pour répondre franchement ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que niveau franchise sans langue de bois on ne peut pas trouver mieux....
      Des bises Coralie

      Supprimer
  38. Je trouve que tu réalises là encore un joli questionnaire qui nous permet de connaître un peu mieux Mior.
    Belle idée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Moka, je dois reconnaitre qu'en ce moment, je me laisse un peu aller...

      Supprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)